Weinstein, et après ? (2)

Le débat sur les agressions sexuelles – qui touchent les femmes et les hommes – est pollué par certaines femmes, dont Catherine Deneuve, signataire de la tribune des cent femmes ( NDLR : parue dans Le Monde) […] Les #BalanceTonPorc et #MeToo entraînent des règlements de compte et permettent la calomnie et la diffamation condamnant des innocents sans preuve.

La passivité et la complicité des forces de police ainsi que l’impuissance de la justice à digérer le flot continu d’incivilités et de crimes laissent les victimes à l’abandon et accordent l’impunité aux agresseurs et criminels depuis trop longtemps. Les révélations de l’affaire Weinstein ont mis en lumière des pratiques dont la majorité des citoyens se doutaient. Elles s’inscrivent dans une dérive qui devient de plus en plus insoutenable pour des millions de femmes car elle les touchent dans l’évolution de leur carrière, leur vie familiale… […]

Par leurs prises de position, les ultraféministes et les signataires de la tribune n’apaisent cependant pas le débat. Les hommes – dont le rôle est de plus en plus nié et court-circuité par des techniques de procréation médicale, des achats-ventes d’ovules, des lois protégeant les femmes par principe – finiront par se défendre et nous en arriverons à une véritable guerre des sexes. Etre féministe ne veut pas dire réduire les hommes à néant mais trouver et obtenir par la loi qu’elles soient respectées et traitées de façon égale. Alors, non, je ne signe pas la lettre des cent femmes.

Il n’est pas donné suite aux lettres ouvertes ou portant des adresses incomplètes. La rédaction raccourcit certaines lettres pour permettre un maximum d’opinions.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content