Train du soir (1957) illustre la fascination que Paul Delvaux vouait aux locomotives. © COURTESY FONDATION PAUL DELVAUX. PHOTO: J. GELEYNS - ART PHOTOGRAPHYA

Voies de la modernité

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Alors que la saison d’Europalia Trains & Tracks (un programme de septante projets artistiques à découvrir sur sept mois en Belgique et à l’étranger) est sur les rails, on ne saurait trop recommander d’aller découvrir l’exposition phare de l’événement, véritable préambule à une immersion dans l’imaginaire ferroviaire. Déroulée dans les salles des Musées royaux des beaux-arts de Belgique, Voies de la modernité n’a rien d’un voyage esthétique en seconde classe qui examine la relation des artistes au progrès. Avec plus de cent vingt oeuvres prêtées par les plus grandes institutions internationales, l’exposition fait valoir quelques belles locomotives des XIXe et XXe siècles, qu’il s’agisse de Monet, Mondrian, Léger, ou encore de pattes nationales telles Spilliaert, Delvaux et Magritte.

Voies de la modernité. Aux Musées royaux des beaux-arts de Belgique, à Bruxelles, jusqu’au 13 février 2022. Lire également notre hors-série La Fabuleuse histoire du train, en vente en librairie ou sur shop.levif.be

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content