Vincent Scourneau, le maïeur qui se verrait bien député

Xavier Attout

Le bourgmestre MR vient de rempiler pour un troisième mandat. Son style particulier ne laisse personne indifférent. Il fait de lui l’un des maïeurs les plus influents du Brabant wallon. Qui ne cache pas ses ambitions : monter à la Région en 2014.

« Je me suis créé un personnage en me lançant en politique. J’étais jeune, il fallait que je montre les dents. Les gens ont parfois une fausse image de moi.  » A 45 ans, Vincent Scourneau ne laisse personne indifférent. Demandez un avis et les langues se délient in-évitablement. Dans un sens ou dans un autre. Mais souvent vers les extrêmes. Une chose est sûre : le bourgmestre MR de Braine-l’Alleud est un homme brillant. Adversaires et partisans le reconnaissent. Sa méthode, par contre, fait moins l’unanimité.

Sa licence de droit en poche, ce Brainois pure souche rejoint le cabinet d’Alain Zenner, connu notamment pour avoir été le curateur des Forges de Clabecq.  » C’est lui qui m’a transmis le virus de la politique.  » Serge Kubla, libéral comme Zenner et alors ministre wallon, le prend sous son aile à Namur. Ce ténor régional le guide, le conseille, le tempère. Avant de le voir s’envoler… et de ne plus vraiment pouvoir le contrôler aujourd’hui.

 » A Braine-l’Alleud, il décide tout, estime son principal adversaire, Olivier Vanham (CDH). N’osez pas le contredire, vous en serez pour vos frais.  » L’un ou l’autre employé communal mis au placard peut en témoigner. Omniprésent – omnipotent disent certains -, Vincent Scourneau a une double image. D’un côté, il est vu comme quelqu’un d’autoritaire, dictateur, méprisant, dépourvu de sentiment. De l’autre, comme un travailleur survitaminé, visionnaire, exigeant, loyal et direct.

 » Il est au-dessus de la moyenne « , affirme son échevine Chantal Versmissen (MR).  » C’est un homme de parole « , ajoute Serge Kubla.  » Un coeur tendre dans une carapace de pierre, fait remarquer son ami Olivier Parvais (PS), président du CPAS. Il estime qu’il faut être un tueur en politique. Cela le dessert. Il est mal perçu par certains car il est parfois trop dur et qu’il a un caractère de cochon. Mais c’est quelqu’un de super humain.  » Tribun hors pair, ce séducteur adore être au centre de l’attention : raconter la bonne blague, être le roi de la phrase assassine.

Son style particulier n’entrave en rien sa popularité, au contraire même, puisqu’il vient d’entamer son troisième mandat comme bourgmestre. L’occasion pour ce passionné de cinéma de poursuivre sa refonte du paysage local en pôles. La construction d’un grand centre aquatique est son prochain projet d’envergure.

L’avenir ? En 2014, il se verrait bien, enfin, monter à l’échelon régional.  » J’en ai aujourd’hui l’ambition.  » Cet avocat garde toutefois une porte de sortie : il paye toujours sa cotisation au barreau, de quoi lui assurer une certaine indépendance.  » Je suis un professionnel de la politique, je peux donc partir quand je veux « , dit-il. Reste qu’il adore ça et qu’il n’est pas près de lever le pied. N’a-t-il pas affirmé, une fois assis sur le siège maïoral, qu’il y était installé pour trente ans ?

XAVIER ATTOUT

Partner Content