© sdp

Vidéos à gogo

Cisco estime que les contenus vidéo occupaient 69 % du trafic Web dans le monde en 2017 et devraient grimper à 79 % en 2020. En attendant un verdict, impossible de ne pas constater que les livestream Facebook, vidéos à 360 degrés,  » Story  » Instagram, séries télé en flux continu (Netflix) et autres séances de gaming en direct (Twitch) cernent l’internaute. Les formats explosent. Et cette tendance devrait se traduire par des chiffres sans appel chez nos voisins français. En France, sur le seul mois de janvier, selon Médiamétrie, 34,7 millions d’individus ont regardé des vidéos Web, soit près d’un Français sur deux. La démocratisation des connexions à haut débit mobile et des périphériques captant des vidéos haute définition explique cette dynamique soigneusement épinglée par le secteur de la pub qui se voue désormais au snack content, soit des vidéos courtes captant l’attention des internautes noyés d’informations.

Corollaire de cette catégorie, une nouvelle race de séquences en Text on Video a envahi les réseaux sociaux cette année. L’idée ? Des vidéos à regarder sans le son, traversées de gros textes narratifs. Des sites sensationnalistes comme Konbini ou BuzzFeed en déversent des centaines. Mais la presse écrite et télé (plus) traditionnelle s’en empare aussi. Missile nord-coréen, suicide en plein tribunal de La Haye, larmes de Justin Trudeau… The Guardian, BFM TV et Franceinfo comptent parmi ses plus fervents adeptes. Pour une généralisation du phénomène ?

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content