La tension monte autour de la ligne électrique Ventilus. © belga image

Ventilus, sous terre ou en l’air?

Le Vif

Gros dilemme sur fond de résistances, qui force le gouvernement flamand à reporter son feu vert à la ligne à haute tension vitale pour l’énergie offshore de la Flandre.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

C’est l’histoire de 82 kilomètres de ligne électrique à haute tension qu’il faut impérativement tirer à travers la Flandre-Occidentale. Une histoire qui tourne au vinaigre et fait monter la tension. Il faut dire que le projet dénommé Ventilus est d’une importance vitale pour le futur énergétique et industriel de la Flandre, qui en attend son approvisionnement en électricité verte fournie par les éoliennes en mer du Nord. Début juillet, Jan Jambon (N-VA), ministre-président flamand, trahissait une impatience certaine à faire atterrir ce dossier sans plus tarder, conformément au souhait du secteur industriel. Son vœu n’a pas pu être exaucé lors du conseil des ministres réuni à la mi-juillet, où décision a été prise de ne pas encore décider, par besoin de concertation supplémentaire.

Les West-Flandriens appelés à devoir voisiner avec le tracé de la ligne électrique ne jurent que par son enfouissement.

Question de santé

C’est que le visage à donner à Ventilus divise. Les arguments financiers et techniques avancés par les experts, acteurs de l’énergie et milieux patronaux, plaident pour l’option aérienne présentée comme la solution de bon sens, alors que les West-Flandriens appelés à devoir voisiner avec le tracé de la ligne électrique ne jurent que par son enfouissement et entrent en résistance. Ils peuvent compter sur les bourgmestres de la province, CD&V en tête, qui prennent fait et cause pour leurs administrés/électeurs et refusent leur soutien au projet tant que la piste souterraine n’aura pas été creusée en profondeur et que toute la lumière n’aura pas été faite sur les implications pour la santé.

A ce stade, les espoirs de faire fléchir les oppositions par l’octroi de quelques compensations financières laissent de marbre les mandataires locaux pour qui «la santé n’est pas à vendre» et que le rapport d’experts rendu à ce sujet n’a pas rassuré. Aucune réponse formelle quant au lien de causalité entre les lignes aériennes à haute tension et l’apparition de leucémies chez les enfants n’y est apportée. Le gouvernement Jambon (N-VA – CD&V – Open VLD) se donne le reste de l’été pour rétablir le courant.

Partner Content