Une histoire belge faite de paille et de poutre, avec des Français dedans

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

C’est pas des gifs mais ça y ressemble

Le dimanche 10 avril, comme tous les cinq ans, les Belges avaient les yeux rivés sur le premier tour de l’élection présidentielle.

Mais c’est normal, qui ne ferait pas de même?

Les Français ont quand même le chic pour emballer leurs élections dans un paquet spectaculaire, dramatique et intense, dont le dénouement est toujours plein de suspens.

Ce n’est pas comme chez nous, où un nouveau Michel apparaît tous les cinq ans, comme ça, paf, sous nos yeux ébahis et impuissants.

Non mais, en fait, la Belgique est bien plus en avance sur la France qu’on ne veut l’admettre.

On était tellement occupés avec cette crise sanitaire qu’on semble presque avoir oublié qu’un monstre habitait derrière un cordon sanitaire.

Oups.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content