© LOCAL TEA

Un thé made in Belgium

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Boire une tasse de thé des plateaux de Campine anversoise, c’est désormais possible. Petit-fils d’un tea addict, Johan Jansen a fait un stage en Chine il y a une quinzaine d’années. Il en est revenu avec de nombreuses connaissances sur la culture et la préparation du thé et une furieuse envie d’en produire localement. La filière locale affiche un bilan vertueux: jusqu’à 96% d’émissions de CO2 épargnés, grâce à l’absence de transport, mais aussi jusqu’à 99% d’économie d’eau, liés à un efficace système d’irrigation sous serre. Derrière chaque tasse de thé, qu’il soit vert, noir ou blanc, se cache la même plante: le camellia sinensis. « On a testé une centaine de variétés de théier dans différents pays et climats pour voir lequel serait le plus approprié à la culture en Europe. Ça a aussi été un vrai challenge d’importer les théiers. La réglementation est stricte. »

Il y a environ deux ans et demi, les thés Local Tea ont été commercialisés en sachet. « On a commencé par les Pays-Bas et, en 2019, on a planté des théiers en Belgique, avant de les récolter et créer nos thés belges », souligne Dionne Oomen, qui s’occupe du développement du projet. Le duo revendique des thés de terroir, au goût local. « Rien qu’en modifiant la température ou le temps de fabrication, on change le goût », note l’experte. Le duo entend planter des théiers dans toute l’Europe.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content