The Carpenter of Spring, accrochage aussi radieux que modeste signé Béatrice Balcou. © Lucas Castel

Un minimalisme bienveillant

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Depuis qu’il existe, c’est-à-dire les années 1960, l’art minimal s’est appliqué à affirmer la primauté de l’idée sur la matière, habituant ainsi les spectateurs à l’orthodoxie du «less is more». A l’heure des questions environnementales et de la prolifération des objets, cette mouvance ne pouvait disparaître. Il reste qu’elle devait se réinventer tant un certain machisme lui colle à la peau – on prête celui-ci aux «pères fondateurs», Carl Andre et Donald Judd, qui n’ont rien fait pour discréditer la thèse selon laquelle les hommes sont plus aptes à ériger des pièces lourdes et monumentales découpant l’espace sans ménagement. Sur un socle d’économie de moyens, une nouvelle vision du phénomène voit le jour, infusée au «care», cette attitude éthique en vogue caractérisée par le soin et la bienveillance plutôt que par l’individualisme et l’ego.

A Molenbeek, dans un espace d’exposition nommé Société, Béatrice Balcou renouvelle le genre à la faveur de The Carpenter of Spring, accrochage radieux aussi modeste que génial. Celui-ci se déploie à travers deux pièces que l’artiste ne fait qu’effleurer. La première salle flirte avec les limites du minimalisme, elle ne fait place qu’à huit clous, «pins», délimitant un dessin invisible de René Heyvaert, plasticien gantois décédé en 1984. Le dispositif s’efface pour rendre criant une œuvre absente, mobilisant à plein régime l’imagination du regardeur. Sur une trame similaire, le second espace aligne sept cimaises, «picture rail», à comprendre comme autant de «pièces assistantes» pour des œuvres non présentées d’artistes femmes issues du Bauhaus. Lucia Moholy-Nagy, Benita Koch-Otte, Eileen Gray… autant de noms qu’il incombe à chacun de sortir des oubliettes de l’histoire de l’art. On goûte d’autant plus le propos que les pièces en question procèdent d’un recyclage précieux, celui d’un vieux meuble en chêne.

Société, à Bruxelles, jusqu’au 3 juillet (sur rendez-vous uniquement).

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content