Tout-à-l’électrique, une hérésie

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Dans la grande foire d’idées contre le dérèglement climatique, le tout-à-l’électrique a la cote: politiques et constructeurs automobiles ne jurent plus que par ça. Un effet de mode. Ceux-ci méconnaissent que cette « solution » est une hérésie écologique et économique. Elle ne fait que déplacer le problème vers d’autres pays: construction et recyclage des batteries, exploitation minière des indispensables terres rares. […] Dans l’état actuel de nos industries, cela équivaut à signer un chèque en blanc à, par exemple, la Chine. Etant donné l’inertie des phénomènes climatiques, le processus engagé ne changera pas avant dix mille ans: de ce côté-là, c’est déjà trop tard. Tout au plus pourra-t-on atténuer les catastrophes à venir. Par contre, la chute terrifiante de la biodiversité est un danger nettement plus grave. Et là, il est possible d’inverser le processus. A condition que les politiques en donnent les moyens aux citoyens.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content