Tête de vainqueur

Le concours Reine Elisabeth dévoilera, le 28 mai, le nom du lauréat de son édition piano. En guise de pronostic, regard rétrospectif sur le supplément d’âme des derniers gagnants…

Après une semaine de confinement à la chapelle Reine Elisabeth, ce sont douze candidats qui défileront devant le jury, du 23 au 28 mai, au Palais des beaux-arts de Bruxelles. Qu’est-ce qui fera la différence ? Un trait de caractère, une personnalité, comme ce fut le cas pour les cinq derniers lauréats ? Flash-back.

La puissance de VITALY SAMOSHKO

Ukraine, Premier prix en 1999.

Le titan du clavier. Vitaly Samoshko est né en 1973 en Ukraine. Admis dès l’âge de 5 ans à l’Ecole spéciale de musique à Kharkov, il poursuit sa formation au conservatoire de sa ville, puis à Imola en Italie avant de remporter de nombreux prix internationaux. A 26 ans, il décroche le Premier prix du concours Reine Elisabeth. Pianiste aux moyens physiques colossaux, Vitaly Samoshko dégage une impression de puissance et domine son clavier avec une énergie très contrôlée. Capable de maîtriser son feu intérieur, il s’est indéniablement imposé en 1999 par sa force et sa vitalité.

L’esprit de SEVERIN VON ECKARDSTEIN

Allemagne, Premier prix en 2003

et Prix du public.

Le musicien intègre. Originaire de Düsseldorf où il entame son cursus musical, Severin VonEckardstein étudie ensuite à Salzbourg, Hanovre et Berlin avant de se perfectionner à l’Académie internationale de piano du lac de Côme en Italie. Lauréat de plusieurs concours internationaux, il remporte le Premier prix du Reine Elisabeth, augmenté du Prix du public à l’âge de 25 ans. Rarement candidat aura autant fait l’unanimité qu’en 2003 : jeu raffiné et sincère, interprète émouvant et imaginatif, l’Allemand est un pianiste discret, presque secret. Un véritable artiste, dont la réserve révèle la richesse du monde intérieur.

La technique d’ANNA VINNITSKAYA

Russie, Premier prix en 2007.

La musicienne de feu. Deuxième femme à remporter le prestigieux concours, Anna Vinnitskaya est née à Novorossiisk, un port sur la mer Noire en Russie. Fille de pianistes, elle donne son premier concert avec orchestre à l’âge de 8 ans et son premier récital un an plus tard. Après des études au conservatoire Serge Rachmaninov de Rostov-sur-le-Don, la petite prodige part pour Hambourg, et décroche plusieurs concours internationaux. Technicienne surdouée qui met ses moyens prodigieux et sa fougue au service de l’âme des oeuvres de son répertoire, elle est à la fois forte et humaine dans son art, impressionnante de maîtrise et de profondeur. Elle sera sacrée par le concours belge à 24 ans.

L’âme de DENIS KOZHUKHIN

Russie, Premier prix en 2010.

Le musicien rêveur. Né en Russie en 1986 dans une famille de musiciens, Denis Kozhukhin commence le piano à l’âge de 4 ans. Il étudie ensuite à l’école de musique Balakirev avant de s’envoler pour Madrid, où il restera sept ans avant de rejoindre l’Académie internationale de piano du lac de Côme. Il poursuit sa formation à Stuttgart, passe par la case concours où il se fait déjà remarquer. En 2010, il a 23 ans lorsqu’il remporte le Reine Elisabeth. Cette année-là, le jury salue un musicien mûr et plein d’esprit, doté d’une maîtrise technique renversante, et d’une constante : Kozhukhin semble vouloir emmener le public ailleurs – quelque chose comme l’essence même de la musique.

Le cran de BORIS GILTBURG Israël, premier prix en 2013.

Le musicien inébranlable. Né à Moscou en 1984 dans une famille de pianistes, Boris Giltburg commence sa formation avec sa mère, puis poursuit son enseignement à Tel-Aviv. Giltburg a le génie de conférer à chaque oeuvre qu’il aborde un caractère unique. Habitué des compétitions internationales, il fait montre d’un jeu dynamique, d’une totale possession du clavier et d’une personnalité forte. En 2013, il aimante la salle Henry Le Boeuf. Ce n’était pourtant pas gagné : durant la demi-finale, le jeune pianiste avait fait la douloureuse expérience d’un trou de mémoire. Trois secondes de silence : une éternité. Loin de se laisser déstabiliser, il poursuivra de plus belle et décrochera la première place en finale.

PAR SASKIA DE VILLE

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content