Nicolas Claeys, coordinateur du mensuel Test Achats invest. © dr

« Rallonger les horaires des Bourses correspond à un faux besoin. »

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Les applications de trading? Pourquoi pas, si c’est pour se faire plaisir et découvrir le monde des placements, selon Nicolas Claeys, de Test Achats invest. Mais alors sans risque, avec des petits montants.

Qui sont les nouveaux investisseurs ou boursicoteurs qui passent notamment par des applications de trading?

La proportion de jeunes qui investissent a augmenté ces dernières années, certainement depuis le premier confinement, en 2020. Ce ne sont pas tous des boursicoteurs. Mais on peut imaginer que les jeunes utilisent plus facilement leur smartphone pour investir. Parallèlement à cela, on assiste au développement d’applications de trading qui tentent de les séduire. Cela ne concerne pas que les marchés boursiers, mais aussi les cryptomonnaies pour lesquelles on peut investir aussi le week-end. Il y a peu d’application de trading en Belgique, mais cela se développe petit à petit. On en compte davantage en France et aux Pays-Bas.

Faut-il se fier à ces applications?

Il faut être vigilant. Le business model d’applications comme la très connue Robinhood, aux Etats-Unis, est de faire en sorte qu’il y ait un maximum de transactions, en présentant parfois l’investissement en Bourse comme un jeu. On reçoit des étoiles, par exemple, quand on passe un ordre. On peut partager son portefeuille avec d’autres internautes, qui peuvent le copier. La SEC, le gendarme de la Bourse américaine, reproche à des entreprises comme Robinhood cette « gamification » extrême. Certaines de ces applications proposent aussi d’acheter des fractions d’actions lorsque celles-ci sont trop chères. Tout est fait pour encourager les transactions.

Cela ne risque-t-il pas de provoquer des assuétudes, comme pour les jeux en ligne?

Forcément, une partie de la population est plus vulnérable, que ce soit pour les jeux ou pour l’alcool. Mais cela ne concerne pas une majorité, loin de là. La plupart des investisseurs restent assez raisonnables. Maintenant, c’est une dérive possible, surtout lorsqu’on affirme, sur les réseaux sociaux ou sur des vidéos YouTube de soi-disant investisseurs professionnels, que n’importe qui peut devenir très riche en investissant en Bourse. Mais c’est pour cela que les apps de trading sont encadrées, de manière plutôt stricte en Europe.

N’est-il pas rentable de multiplier les transactions?

Ce que montrent la plupart des études sur le sujet est que plus on réalise de transactions moins on a un portefeuille performant. Le « market timing », consistant à repérer les actions quand elles sont au plus bas et à les revendre quand elles sont au plus haut, c’est très compliqué. Dès lors, si on multiplie les transactions, ce n’est pas forcément gagnant. Quand on investit en Bourse, il est préférable d’avoir une stratégie axée sur le long terme et dans des produits diversifiés. Tout miser sur un même cheval, aussi costaud soit-il, comporte toujours un risque, on l’a vu en 2008 avec Fortis qui paraissait pourtant très solide. La diversification ne permet pas d’éviter les fluctuations mais elle protège de celles trop importantes. La patience est un atout car, à long terme, les hausses ont tendance à compenser les baisses et un portefeuille diversifié et composé d’actions et obligations peut alors offrir un bon rendement.

Les apps de trading sont encadru0026#xE9;es de maniu0026#xE8;re plutu0026#xF4;t strictes en Europe.

Investir seulement sur des actions via une application n’est donc pas une bonne idée?

Pourquoi pas si cela permet de se faire plaisir et de découvrir les finances et le monde des placements. Mais cela ne doit pas être, à mon sens, la stratégie de portefeuille principale. Mieux vaut y miser de petits montants pour réduire le risque. Surtout lorsqu’on se lance dans le trading. On commet toujours des erreurs. Même les professionnels en font.

Dans ce contexte, rallonger les horaires des Bourses, c’est une bonne idée?

Je ne vois pas trop l’intérêt. Certains diront qu’en journée, ils n’ont pas le temps et que laisser les Bourses ouvertes plus tard est mieux. Mais, encore une fois, c’est un faux besoin. A quoi sert de surveiller une action, en suivant son cours heure après heure, pour l’acheter ou la vendre à tout moment, même le soir? On rentre dans le jeu de la spéculation à court terme et personne ne peut prédire les mouvements de court terme. Par contre, on peut plus facilement augurer que d’ici à cinq ou dix ans le niveau du Bel20 et des Bourses en général sera plus élevé qu’aujourd’hui. Evidemment, il peut y avoir des crises économiques, climatiques, des guerres. Ce n’est jamais garanti. Mais la patience est souvent plus bénéfique. C’est en tout cas la stratégie qu’on préconise chez Test Achat invest.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content