Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

« Le droit international est encore immature dans son approche de la relation de l’humain avec la nature particulièrement dans son volet pénal. »

Delphine Misonne, spécialiste en droit de l’environnement (université Saint-Louis – Bruxelles) pointe la faiblesse juridique à l’égard des atteintes les plus sévères à l’environnement, en préambule à une conférence sur le crime d’écocide que donnera le juriste Philippe Sands, ce 15 novembre, à l’université Saint-Louis.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content