Quel est le sport qui vous convient ?

Pour être vraiment bénéfique, un sport doit générer du plaisir. Chacun peut y trouver son bonheur… à condition de bien choisir!

Pour être vraiment bénéfique, un sport doit générer du plaisir. Chacun peut y trouver son bonheur… à condition de bien choisir !

Chaque sport a ses atouts, mais chaque sportif a ses attentes. Quelles que soient vos priorités, vous n’avez que l’embarras du choix. Rapide tour d’horizon.

La convivialité

Si vous recherchez les contacts sociaux, orientez-vous vers les sports d’équipe ou vers des disciplines qui se pratiquent en groupe, comme le fitness. Les salles de fitness, généralement agrémentées d’une cafétéria, sont des endroits propices aux échanges. Il est possible de s’y entraîner sur mesure et de corriger certains problèmes – manque d’endurance, insuffisance musculaire… La plupart des salles proposent aussi des cours collectifs : aérobic, tai-bo (une combinaison de tae-kwon-do et de boxe, sur une musique rythmée), spinning, (vélo stationnaire très rapide, avec un petit braquet, également en musique).

Si votre souhait est d’intégrer une véritable équipe, vous avez le choix entre tous les sports de balle ou de ballon, à condition de ne pas souffrir de problèmes articulaires. Football, basket, badminton, volley ne sont pas recommandés aux personnes qui souffrent déjà des genoux et des hanches, et le tennis est déconseillé à ceux qui sont en délicatesse avec leurs coudes ou leurs épaules. Les sports de balle, qui se disputent à deux ou à quatre, en simple ou en double, vous permettront de doser votre effort ; en revanche, les sports de ballon imposent des sprints répétés et des efforts en résistance. Ils développent l’agilité et la mobilité mais, pratiqués seuls, ils n’ont pas d’effet sur l’endurance ni la force, des éléments essentiels pour contrer le vieillissement. Si le club n’insère pas de séances de condition physique dans les entraînements, il vaut mieux vous adonner à une seconde activité sportive en complément.

La nature

La marche a des effets bénéfiques sur la santé, surtout quand on peut s’éloigner des usines et des axes routiers fréquentés. Idéalement, si vous vous adonnez à une longue balade le week-end, essayez de marcher ou de trottiner au moins deux autres fois par semaine, ne serait-ce qu’une demi-heure. Evitez les revêtements trop durs tels que l’asphalte et les trottoirs pour vous aventurer à travers bois et champs, ou le long des canaux.

Qui n’a jamais trébuché sur une souche d’arbre ou souffert des rotules en dévalant dans une côte particulièrement pentue ? Les sportifs sujets aux entorses ou sensibles des genoux renoncent parfois, la mort dans l’âme, à de belles balades, par crainte d’une blessure. Les bâtons télescopiques peuvent leur rendre les horizons perdus. Le nordic walking, nouveau venu dans le paysage, permet en outre d’amortir les chocs dans les descentes. Le tout est de bien utiliser ses bâtons ; tenus trop haut, ils sollicitent excessivement l’épaule. Quelques leçons avant de s’élancer permettent d’acquérir vite le mouvement optimal.

Si vous trouvez tout cela trop lent, vous avez encore le choix entre jogging et vélo, le second étant indéniablement plus doux pour les articulations. Les amateurs de nature opteront pour le VTT. Enfin, n’oubliez pas l’équitation, qui permet de communier avec la nature et le cheval, améliore le maintien en renforçant les muscles profonds et n’impose pas d’efforts physiques excessifs.

L’eau

La natation allie endurance et force. Une version aquatique de l’aérobic a fait son apparition – les chocs en moins : l’aquagym, souvent dispensée en cours collectifs. On peut moduler son effort en enfilant des ustensiles qui accroissent la résistance à l’eau. Variante, l’aquajogging : en eau profonde, soutenu par une ceinture de mousse, sans appui au sol, vous imitez les mouvements de course ou, en petite profondeur, vous marchez ou trottinez, sans ceinture, mais avec des contacts amortis au sol.

Enfin, canoë, kayak et aviron offrent à leurs adeptes la détente de l’eau, en pleine nature, et un alliage équilibré d’endurance et de force…

La compétition

Le sport n’a de sens pour vous qu’en compétition ? Vous êtes tenaillé par l’envie de repousser vos limites ou de les confronter à celles des autres ? Loin d’être réservée aux adolescents et aux jeunes adultes, la compétition se pratique à tout âge, puisqu’il existe dans tous les sports des catégories d’âge – aînés et vétérans. Car l’endurance et la force, si elles sont bien entretenues, ne s’estompent guère avec l’âge, contrairement à la vitesse. Si vous reprenez après une longue période d’inactivité, mieux vaut cependant éviter les sports exigeant des efforts brefs et rapides, qui exposent à des blessures musculaires. Il est sage aussi de se fixer des objectifs réalistes ; celui que se lance à 40 ans ne doit pas nourrir trop d’ambitions de gloire… Les sports d’endurance et de balle sont alors les plus indiqués : jogging, tennis, badminton, football, volley-ball, basket-ball, net-ball…

Pascale Pierard

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content