© PIERRE ROUSSEAU/BELGAIMAGE

Quand la FGTB wallonne consulte

Avec les uns,  » c’était un peu tendu « , avec les autres,  » une chouette rencontre « . C’est peu dire que les rendez-vous organisés par la FGTB wallonne avec le PS et le PTB, à la suite de son appel à créer une union des gauches (Le Vif/L’Express du 14 juillet), si possible après les élections de 2019, se sont déroulés dans des ambiances différentes.  » Les socialistes ont l’impression qu’on les lâche et ne comprennent pas « , raconte un des syndicalistes présents à la réunion.  » Ils sont sur leurs gardes et se demandent de quoi on se mêle « , embraie un autre. Le temps qui passe n’y change rien : le syndicat ne pardonne pas au PS d’avoir avalisé le principe d’exclusion des chômeurs, et le parti jure que cela aurait été bien pire sans lui.  » ça ne s’est pas très bien passé « , confirme un socialiste. Au PTB, en revanche, on qualifie l’appel de la FGTB wallonne de  » séquence nouvelle « .  » Les lignes pourraient bouger « , ose la FGTB wallonne.  » Nous sommes ouverts à la discussion, répond Raoul Hedebouw, porte-parole du parti. On ne coupe pas d’office les ponts mais, à vrai dire, ce sont plutôt des passerelles. En d’autres mots, nous ne sommes pas chaud boulette.  » Voilà qui est plus clair.

L. v. R.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content