© GETTY

Plaques, vis, broches & co

Après une fracture, les fragments de l’os doivent être maintenus en place le temps de se ressouder. Cela peut impliquer le recours à des vis, plaques, broches ou clous, qui pourront en principe rester en place après le rétablissement… du moins tant que le patient n’en ressente aucune gêne.

Baptisée ostéosynthèse, cette approche présente l’avantage d’améliorer la « réparation » et d’accélérer la récupération fonctionnelle. Le matériel utilisé ne doit pas provoquer dans l’organisme de réactions indésirables comme un rejet ; il se compose souvent d’un alliage de titane et peut en principe être laissé en place. On choisira néanmoins de le retirer par exemple lorsqu’une vis se détache, que le patient ressent une gêne ou que sa mobilité est trop limitée.

Voici les fractures les plus courantes dont le traitement fait intervenir des clous, broches, vis, plaques, etc.

Fractures de la cheville

Leur traitement nécessite le plus souvent des plaques et des vis. En présence d’une déchirure du lien entre les deux os qui composent l’articulation, on procèdera au placement d’une vis supplémentaire.

Fractures du fémur et/ou du tibia

Il est possible d’introduire au centre de l’os un long clou qui sera fixé par des vis. Le patient pourra très rapidement prendre de nouveau appui sur sa jambe.

Fractures du col du fémur

On peut utiliser une vis « dynamique » doublée d’une plaque dans laquelle elle peut glisser. Chez les personnes de moins de 50 ans, ce dispositif sera retiré un an après rétablissement complet. Chez les plus âgées, il sera généralement laissé en place.

Fractures de l’avant-bras

Du fait de la présence de nombreux nerfs et tendons dans cette zone, le traitement peut s’avérer plus délicat. La solution passe alors par une plaque.

Fractures de la clavicule

Une fracture compliquée de la clavicule, avec déplacement des fragments osseux, peut être traitée par l’insertion d’un clou élastique dans l’os ou au moyen de plaques et de vis.

Fractures déplacées dans les doigts

Les broches de Kirschner, de fines piques introduites dans l’os directement à travers la peau puis fixées de l’extérieur, sont souvent requises. Elles sont retirées après 3 à 4 semaines.

Le matériel utilisé dans l'ostéosynthèse se compose souvent d'un alliage de titane et peut en principe être laissé en place.
Le matériel utilisé dans l’ostéosynthèse se compose souvent d’un alliage de titane et peut en principe être laissé en place.© GETTY

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content