Paris risqués

Le petit monde du football belge n’est pas la seule victime des matchs truqués. La corruption sévit depuis de nombreuses années dans les grandes nations du ballon rond comme l’Italie ou la Grande-Bretagne.

En 2005, plusieurs arbitres allemands ont défrayé la chronique parce qu’ils avaient été achetés. La Grèce, l’Autriche, la Norvège comptent aussi leurs joueurs véreux. En Turquie, c’est le crime organisé local qui contrôle les vestiaires du foot : début février, deux joueurs ont retrouvé leur voiture criblée de balles parce qu’ils n’avaient pas rempli leur  » contrat « … Les pays asiatiques eux-mêmes n’échappent pas au fléau. En octobre 2004, deux des plus grands clubs de Pékin ont refusé de terminer un match pour protester contre la corruption qui pourrit le football chinois. Il y a quatre ans, les responsables du foot vietnamien ont promis d’offrir une prime équivalente à 40 000 euros à toute personne dénonçant l’existence d’un match truqué, tant le phénomène était devenu endémique dans ce pays d’Asie du Sud-Est.

(jeu traditionnel chinois) électroniques dans nos casinos qui, pour la plupart, organisent des soirées particulières à l’occasion du Nouvel An chinois. » Bref, il n’est pas étonnant que le crime organisé asiatique s’intéresse à ce type d’activité. La mafia chinoise a même essayé d’infiltrer le nouveau casino de Bruxelles en y faisant engager des croupiers à sa dévotion, mais les exploitants de la nouvelle salle ont vite flairé l’embrouille.

Les paris, clandestins ou non, constituent également un sport national de Hongkong à Shanghai. Tout est bon pour les bookmakers et les joueurs chinois, quels que soient la discipline sportive, le pays, la division, le classement de l’équipe : pourvu qu’il y ait de l’argent à se faire. C’est ainsi que des clubs de foot comme le Lierse et La louvière, en Belgique, ou le FC Allianssi, en Finlande, se sont retrouvés sur des listes de pari de l’autre côté de la planète. L’astuce consiste à s’attaquer à des équipes fragiles dont la mafia corrompt joueurs et entraîneurs. Elle mise alors en Chine des sommes exorbitantes sur des matchs insignifiants, incluant les équipes perdantes qu’elle contrôle.

A cause de ce genre de combine, deux des plus importants bookmakers chinois ont récemment fait faillite. En Belgique, il existe des garde-fous qui permettent aux bookmakers de repérer les mises suspectes et d’éventuellement bloquer certains paris douteux. Il n’empêche : les affaires récentes plaident pour que le secteur des paris soit réglementé par la législation sur les jeux de hasard, ce qui permettrait à la Commission du même nom d’exercer un contrôle vigilant sur ce domaine.

Th.D.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content