Palestine: un rapport de force inégal

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Lorsqu’on prend fait et cause pour les Palestiniens, on est d’emblée assimilé à un antisémite. C’est le biais d’esprit de trop de gens ignorant l’histoire et cela ne peut que fausser leur jugement. Convenons qu’un esprit documenté, rationnel et, surtout, épris de justice ne peut qu’être propalestinien en réaction à l’injustice de base dont les Palestiniens sont victimes depuis que des juifs sionistes ont entamé [la colonisation]. Dès le début du XXe siècle, les Palestiniens se sont opposés à cette occupation, non seulement par l’esprit mais aussi par les armes. Hélas, ce rapport de force entre Palestiniens et Israéliens soutenus plus tard par les Américains (irrespectueux de dizaines de sanctions de l’ONU) sera éternellement en faveur d’Israël. Et pourtant, les Palestiniens n’ont jamais, ni de près ni de loin, participé au génocide nazi en Europe. Sans cet Etat d’Israël qui n’aurait jamais dû naître, le fort déplorable antisémitisme (d’origine religieuse) évoqué à tort (même par certains Etats comme l’Allemagne) pour fustiger la bonne foi palestinienne ne serait plus qu’une spécificité raciste comme le sont, entre autres, les tout aussi déplorables et condamnables homophobie et négrophobie. Mais qui a osé décréter que le monde devait être moral et, surtout, juste?

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content