Objectif Euro !

Alors que la Belgique stagne tristement à la 55e place du classement Fifa, René Vandereycken va tenter de remettre de l’ordre chez les Diables

Portugal, Pologne, Finlande, Serbie-Monténégro, Arménie, Azerbaïdjan et Kazakhstan. Cela aurait pu être pire. Le tirage au sort des matchs qualificatifs pour le championnat d’Europe 2008, qui sera organisé conjointement par la Suisse et l’Autriche, a plutôt épargné les Diables rouges. Ils devront se classer à l’une des deux premières places du Groupe A à l’issue des quatorze rencontres de poule pour disputer à nouveau un tournoi officiel, après avoir loupé les phases finales de l’Euro 2004 et de la Coupe du monde 2006. Le sort a donc plus ou moins épargné le nouveau mentor des Diables, René Vandereycken.

Depuis sa nomination à la tête de l’équipe nationale, en décembre dernier, le Limbourgeois n’a pas chômé. Il a enchaîné avec justesse et habileté les rencontres avec les personnes influentes du football belge, les coups de fils aux entraîneurs des différents clubs de l’élite, les discussions avec certains des joueurs clés de l’équipe nationale et le visionnage de nombreuses rencontres dans notre pays mais aussi dans l’Europe tout entière. René Vandereycken est un véritable boulimique de travail. Passionné de football, il peut passer des heures à discourir sur les concepts tactiques à appliquer. Forte personnalité, peu encline aux concessions, c’est un homme intelligent et un excellent polyglotte. Grand professionnel, il se moque des  » qu’en-dira-t-on « .

Milieu de terrain, Vandereycken a été un grand joueur de football. En Belgique (Club de Bruges, Anderlecht et La Gantoise), puis à l’étranger (FC Gênes et SV Blau Weiss Berlin), il a disputé deux finales de Coupe de l’Uefa (1976 et 1984) et une finale de Coupe des champions (1978). Il a été sélectionné à 60 reprises en équipe nationale (50 capes et trois buts) et pris part à la phase de l’Euro 1980 en Italie, et à la Coupe du monde 1982 en Espagne et 1986 au Mexique (3e place). Ensuite, comme entraîneur, il a pris place sur le banc de touche de sept équipes en seize ans (La Gantoise, Standard, RWDM, Anderlecht, FSV Mainz 05, FC Twente et Racing Genk).

Si le noyau des joueurs appelés à défendre les couleurs de la Belgique ne devrait pas subir de grosses modifications, la manière d’aborder les adversaires devrait toutefois être plus souple au niveau tactique. Le nouveau coach fédéral ne fait pas mystère de la nécessité d’adopter et d’adapter les systèmes de jeu en fonction des caractéristiques de l’adversaire. Dans son staff se retrouveront sans doute Stéphane Demol, actuel adjoint au Standard, appelé à devenir son assistant et Filip De Wilde qui devrait reprendre les attributions de Jacky Munaron comme entraîneur spécifique des gardiens. Mais ce n’est pas tout. Un psychologue pourrait également faire son apparition dans le giron des Diables. En effet, le sélectionneur national avait déjà tenté l’expérience lors de son séjour gantois. Dans le même temps, le Limbourgeois souhaite rester en contact permanent avec les staffs médicaux des différentes équipes pour limiter au maximum les frictions entre certains grands clubs et l’Union belge, comme ce fut le cas la saison dernière.

Mais le temps presse pour Vandereycken. Devancés au classement mondial par des pays comme Trinité-et-Tobago, Bahreïn ou même le Zimbabwe, ses Diables rouges doivent absolument remonter leurs bas pour redorer le blason noir-jaune-rouge dans le monde du football. Premier rendez-vous : la rencontre amicale programmée, le 1er mars prochain, face à nos voisins luxembourgeois. Les matchs de qualification pour l’Euro 2008 auront lieu entre le 2 septembre 2006 et le 21novembre 2007.

Laurent Toussaint

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content