Nouvelles têtes

Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

Ils ont marqué l’année de leur empreinte. De Mountain Bike à Oscar and The Wolf en passant par La Smala, zoom sur les révélations 2014 d’une scène belge toujours fourmillante.

Comme le public, l’industrie de la musique aime la chair fraîche et les nouveaux visages… Les artistes prometteurs et émergents, gages espérés d’un indispensable renouvellement. Qu’on aime ou pas, en Belgique, 2014 fut l’année d’Oscar and The Wolf, de sa pop électronique, rêveuse, mélancolique et thérapeutique. Le jeune Max Colombie, beau-fils de Franky Vercauteren, a conquis les ondes comme les scènes des plus grands festivals d’été. Elle fut aussi, en chanson française, celle d’Antoine Chance, le fils de Philippe Geluck. Le premier, enfant star, fut un prétendant à l’Eurovision. Le deuxième a fait le Jazz Studio à Anvers et mis dix ans pour donner naissance à son premier album solo.

Le boulot, la bouteille… Sans doute le trait d’union de tous ceux qui sont parvenus à effectuer une percée au nord comme au sud du pays cette année. Qu’on parle de la pop garage de Mountain Bike (un ancien Marvin Gays et des membres de Warm Toy Machine) ou de la roots music américaine des Little X Monkeys. D’un côté comme de l’autre l’affaire de trentenaires ayant pas mal roulé leur bosse.

Faux débutants

De BRNS qui a pris son temps pour grandir et sortir Patine à Romano Nervoso qui a laissé mijoter son Spaghetti Rock en passant par la Smala qui incarne la nouvelle génération du rap bruxellois mais existe depuis sept ans et a déjà trois albums gratuits à son actif, aucune des révélations de l’année n’est un oiseau tombé du nid. De quoi expliquer en partie du moins la qualité de leurs productions. Le constat vaut d’ailleurs aussi pour la Flandre (notre coup de coeur folk Birds That Change Colour et autre Double Veterans).

Si la sortie de son album (disque d’or en Belgique, d’argent en France et de la semaine sur la BBC6) remonte à l’an dernier, 2014 fut aussi surtout l’année de la consécration pour Melanie De Biasio qui a fait découvrir son univers magnétique et son joli minois au grand public. De Rock Werchter (toujours un exploit pour un artiste francophone) au plateau de Jools Holland où elle fut la deuxième Belge de l’histoire (après Zap Mama en 1995), la jazzeuse carolo-bruxelloise a définitivement fait son trou. En octobre, elle figurait d’ailleurs parmi les dix lauréats des European Border Breakers Awards – prix récompensant des nouveaux talents européens ayant connu un succès commercial par-delà leurs frontières.

Qu’attendre des mois à venir ? Les Black Angels bruxellois de Moaning Cities, les psychédéliques et pop Robbing Millions, les décapants Ostendais de The Glücks et les ferrailleurs liégeois de The Scrap Dealers ont déposé leurs cartes de visite. On mise d’ores et déjà sur Benoît Lizen et son folk au langage imaginaire pour 2015.

JULIEN BROQUET

Partner Content