Naufrage annoncé

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Le bal des ego touche à sa fin. Tout au long de la campagne électorale [française], pas la moindre allusion au fait que le paquebot dans lequel est embarquée l’humanité toute entière est en train de sombrer depuis un demi-siècle. Rentabilité et mondialisation obligent, tout est lié. Flambée des prix, inflation galopante, pollution, virus, gaz à effet de serre, dérèglement climatique, pénuries, guerres, effondrement de la biodiversité… Tout est enchevêtré dans une toile que nous avons nous-mêmes tissée. Alors que les voyants s’affolent, nous persistons à raisonner sur la base de critères devenus obsolètes. La crise du Covid, universelle, a démontré l’incapacité des élites dirigeantes à accorder leurs violons. Et à l’horizon, pas l’ombre d’un canot de sauvetage. Au lieu de cela, des mots vides de sens et des recettes miracles soi-disant susceptibles de redresser la France. Nos sens encore anesthésiés par la crise sanitaire, nous titubons dans un brouillard d’autant plus épais qu’il est question de pénuries et de troisième guerre mondiale. Manger ou chauffer, il va falloir choisir. Tandis que le réseau électrique est sous tension et que les rayons de supermarchés se dégarnissent, on nous annonce la 6G et la construction d’un stade climatisé au Qatar pour accueillir la Coupe du monde de football. Cherchez l’erreur… Quelle que soit l’issue du match final entre les deux candidats, nul doute que les futures récoltes en huile termineront leur course dans nos réservoirs d’essence et non dans nos assiettes.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content