Mons entame sa mue

Reconversion économique, rénovation urbaine, construction de nouveaux bâtiments et quartiers, la cité du Doudou s’accroche à la locomotive de la culture pour monter en puissance dans la mise en ouvre de son changement d’image.

Vingt-six mois séparent encore Mons de l’année où elle enfilera sa tenue de capitale européenne de la culture avec Plzen en République tchèque :  » 2015 sera une fête de tous les instants, un festival de créativité au sein duquel les grands événements portés par la Fondation Mons 2015 , comme l’exposition Van Gogh, côtoieront les projets d’autres villes, d’institutions partenaires et de territoires que chaque citoyen peut proposer via une plate-forme Web « , lit-on dans la dernière plaquette de présentation. Si les retombées attendues sont considérables (une note fait mention de 15 euros d’activité créée par euro investi, ce qui semble largement excessif à l’opposition),  » tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des Mons « , selon le CDH et Ecolo.  » Ce projet cannibalise les autres. Des priorités sont en panne de volonté politique comme l’organisation de la mobilité dans l’intra-muros, ou la propreté publique. Et puis Mons, ce n’est pas qu’un c£ur historique mais aussi 15 communes tout autour qui, hormis Jemappes, ont été totalement oubliées « , réagit Savine Moucheron, chef de groupe CDH. Pour sa part, Ecolo déplore que  » les acteurs locaux de la culture aient été laissés sur le quai ! Dommage aussi que toute l’énergie se concentre sur la préparation de Mons 2015 sans réelles perspectives au-delà… « 

Nouvelles technos, tourisme et culture

Un projet ambitieux peut en cacher un autre : Mons 2015 repose sur un défi :  » Celui d’oser axer le redéploiement urbain sur la conjonction de trois axes principaux : les nouvelles technologies, le tourisme et la culture « , rappelle Anne-Sophie Charle, chef de cabinet du bourgmestre. Cette intuition de 2004 s’est avérée judicieuse : de nombreuses entreprises ont établi leur siège dans ce que l’on appelle la Digital Innovation Valley, en s’appuyant sur les pôles de recherche qu’alimentent les universités. A côté mais pas dans l’ombre des multinationales que sont Google, HP ou Microsoft, des PME locales ont gagné leur reconnaissance internationale, comme i-Movix dans le domaine du ralenti extrême ou A Capella dans les technologies vocales.

Mons a aussi su imposer son patrimoine : son folklore, ses minières néolithiques de Spiennes et son beffroi ont rejoint la short list de l’Unesco.  » Pour exploiter et soutenir tout cela, susciter l’intérêt de nouveaux investisseurs et de nouveaux habitants, il fallait imaginer des infrastructures structurantes dans un environnement de qualité. C’est l’objet du plan de ville que la population va commencer à voir émerger, notamment grâce aux fonds européens du programme Convergence et à l’aide de financements régionaux. « 

A partir de 2015, Mons affichera une mine résolument contemporaine. Le mouvement a débuté il y a quelques années avec Le Manège. Mons dessiné par Pierre Hebbelinck, la rénovation intérieure de la Maison Folie et des anciens abattoirs et puis celle du musée des Beaux-Arts (BAM).  » Un BAM à peine mis en service, et il faut déjà penser à l’adapter à l’expo qu’il était destiné à accueillir « , déplore Savine Moucheron.

Dans le cadre de Convergence, Mons a décroché la timbale : 107 millions d’euros quand Charleroi n’en obtenait même pas la moitié. Le paquet a été mis sur la rénovation : dans le quartier de la gare notamment, là où l’opposition dénonce la montée du sentiment d’insécurité.  » Le commerce s’y porte au plus mal « , selon Charlotte De Jaer, d’Ecolo.

Dynamique de rénovation urbaine

Elément central de la mobilité de la ville de demain : la gare SNCB, dont le projet de construction est intégralement pris en charge par Eurogare.  » Si l’idée est d’en augmenter l’intermodalité par une meilleure intégration des différents moyens de transport, elle doit aussi permettre de relier deux quartiers aux caractéristiques bien spécifiques : le c£ur historique d’un côté et le pôle des Grands Prés de l’autre, où Ikea a confirmé l’implantation d’un point de vente de 35 000 mètres carrés – l’ouverture est prévue en 2015. Perspectives : création de 650 emplois et triplement de la zone de chalandise avec 2 millions de visiteurs par an, selon l’échevin des Affaires économiques et du Tourisme Nicolas Martin (PS).

Pour la conception de la nouvelle gare de Mons (155 millions) et du palais des Congrès situé juste derrière, la Ville a tenu à s’entourer de l’expertise d’architectes prestigieux. Santiago Calatrava s’est vu confier le projet de la gare dont l’ouverture est prévue à la mi-2015 et Daniel Libeskind, venu en juillet dernier pour la pose de la première pierre, a imaginé le complexe de congrès, un vaisseau de bois, d’aluminium et de verre de 6 500 mètres carrés (27 millions).

Comme l’explique l’échevin Nicolas Martin,  » ce geste architectural s’inscrira dans une dynamique de rénovation urbaine : traitement de façades, égouttage, pavage, requalification des espaces publics, éclairage, éléments de mobilier, le c£ur historique va se relifter en profondeur autour de la future gare, appelée à constituer l’une des portes d’entrée principales de la ville endéans les trois ans « . Quant à la friche arrière vers laquelle amènera une passerelle surplombant les voies ferrées, elle verra lentement apparaître le visage du nouveau Mons. Création d’un hôtel de classe supérieure pour le tourisme d’affaires à côté du palais des Congrès, construction de bureaux et de logements sur 40 000 mètres carrés, extension du parc scientifique Initialis où l’emploi a été multiplié par trente en l’espace de quinze ans.  » Pour répondre à la saturation des zonings, l’intercommunale Idea a prévu d’exploiter un nouvel espace de quelque 40 hectares le long de l’autoroute de Wallonie. Le projet a été baptisé Géothermia, il sera prêt à la fin 2014. En face, dans le prolongement des Grands Prés, 30 autres hectares seront affectés à l’expansion économique l’année suivante. Au total, ces projets devraient contribuer à la création de 1 500 à 2 000 emplois « , selon la porte-parole du bourgmestre empêché Elio Di Rupo.

Pour renforcer l’attractivité, la majorité communale a également misé sur la création d’un pôle muséal diversifié : six lieux en constituent la trame, à commencer par le beffroi de style baroque. Après trente ans de travaux de restauration, sa réouverture est prévue en 2014. Spiennes, le site Unesco des minières est vieux de 6 000 ans, c’est le plus ancien et le plus grand d’Europe. Un centre d’interprétation y sera édifié.  » Ce sera aussi le cas au Mont- de-Piété avec un espace consacré à saint Georges et au Dragon, afin de permettre aux visiteurs de comprendre le folklore tout au long de l’année « , explique Anne-Sophie Charle. A la chapelle des Ursulines, il est prévu d’aménager un musée virtuel des collections communales d’art. Parce que Mons est un haut lieu d’histoire militaire, il était primordial d’y valoriser ce patrimoine, autour de la Première et de la Seconde Guerre mondiale. C’est la machine à eau qui va accueillir ce projet. Ce centre d’interprétation sera accessible dès 2014, pour la célébration du centenaire de la Grande Guerre. Pour booster son tourisme, Mons a enfin prévu d’installer un nouvel office de tourisme sur la Grand-Place, équipé des dernières technologies multimédias.

 » Notre ville se donne les moyens d’accueillir de nouveaux habitants, souligne Nicolas Martin. Entre 2006 et 2012, près de 2 370 nouveaux logements ont été construits à Mons, soit quelque 400 par an, portant le nombre d’habitations à 47 700. C’est le rythme auquel nous voulons continuer à progresser sous la prochaine mandature.  » Les verts et le CDH déplorent une politique du tout- au-centre-urbain, aux dépens de la périphérie.

Dans le domaine des sports, la cité du Doudou a investi 10 millions en infrastructures au Moha et au Grand Large. Les Montois attendaient une nouvelle piscine depuis vingt ans. C’est fait. Elle a été édifiée en bordure du Grand Large.

DIDIER ALBIN

A partir de 2015 Mons affichera une mine résolument contemporaine

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content