MOI POUR CE QUE J’EN DIS…

Le TARIF de la semaine :

Lettres et le néant : depuis la semaine dernière, on sait que, pour extirper les chansons françaises du métro, il suffit d’écrire une vingtaine de lettres. A une époque où tout le monde a peur de son ombre, un timbre est plus efficace qu’une kalachnikov. Voici donc les nouveaux tarifs postaux :

– Pour obtenir des excuses de la Stib parce qu’elle a massacré nos oreilles pendant une journée avec Lady Gaga, celle qui nous fait presque regretter les accordéonistes tsiganes qui jouent Plaine ma plaine dans les couloirs de Parc/Park : une dizaine de lettres.

– Pour que Jean-Charles Dekeyser arrête de chanter (enfin,  » chanter « …) : une trentaine de lettres.

– Pour que la Fédération Wallonie-Bruxelles accepte d’être rebaptisée Fédération des junkies qui n’ont pas la capacité intellectuelle d’apprendre le néerlandais : une quarantaine de lettres, dont une avec une photo de De Wever où il prend son air méchant avec les gros yeux.

Le DÉSOLÉ de la semaine :

Ben quoi, tout le monde peut se tromper : Harold Camping, le prophète au nom rigolo qui annonçait la fin du monde pour l’autre samedi, a bien été obligé de reconnaître qu’il s’était légèrement pris les pieds dans ses calculs. Mais il a ajouté qu’il ne rendrait pas l’argent qu’on lui avait

donné. Ce qui nous apprend :

1. Que la fin du monde est remise à une date ultérieure, comme d’habitude.

2. Qu’il n’y a pas de miracles.

Le DIALOGUE de la semaine :

Poésie : continuant sa mission de formateur, Elio Di Rupo a reçu Laurette Onkelinx, venue présenter les propositions du PS. Le dialogue a du être assez passionnant, dans le genre :  » Ma chère Laurette, ce sont d’excellentes idées, je n’aurais pas pu mieux trouver !  »  » C’est normal, Elio, c’est toi qui les as écrites. « 

Le CHIFFRE ROND de la semaine :

Bon gras : la communication de la Semaine de la Frite a coûté 80 964 euros. Evidemment, ça fait cher la sauce andalouse, mais l’idée que l’auteur de la chanson créée pour l’occasion ( » J’ai la frite, frite, frite/ Quand je vais à la friterie/ La friterie de chez nous « ) a pu, grâce à cette campagne, remplacer son habituel cervelas/ketchup par un repas trois services à la Tour d’Argent a quelque chose d’émouvant.

Le PETIT DERNIER POUR LA ROUTE de la semaine :

Nein, Danke : Angela Merkel a décidé la fermeture de toutes les centrales nucléaires allemandes. Pourtant, aux dernières nouvelles, en Allemagne, les concombres ont fait plus de morts que l’atome. La semaine prochaine, elle décidera donc de fermer tous les magasins de fruits et légumes.

TOUTES LES CHRONIQUES DE MARC OSCHINSKY SUR WWW.LEVIF.BE

MARC OSCHINSKY

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content