Maître Dang ne manque pas d’énergie

Pour l’ouverture de son procès, à Bruxelles, le gourou vietnamien a bénéficié du soutien de plusieurs médecins belges et étrangers

Le 8 décembre, devant la 61e chambre correctionnelle de Bruxelles, il est apparu chétif mais alerte, doté d’une étrange chevelure bicolore, qui scinde son visage en deux profils distincts : l’un noir, l’autre blanc… A son image, peut-être, celle de la double personnalité d’un Américain d’origine vietnamienne, âgé de 63 ans, que la justice belge soupçonne d’escroquerie et d’exercice illégal de la médecine. Leader de l' » Energie universelle « , une méthode thérapeutique infaillible pour les uns (ses dizaines de milliers d’adeptes répartis à travers le monde), Maître Dang incarne surtout, pour les autres, le patron d’une  » multinationale de la pensée « , suspecte de colossales malversations financières.

Pour les enquêteurs belges de la cellule terrorisme de la police fédérale, Dang, c’est encore une vieille connaissance : sa  » traque « , dans notre pays, remonte en effet à plusieurs années. Interpellé à Bruxelles en janvier 1999, alors qu’il dispensait d’onéreux séminaires de formation à Genval, le chef du mouvement international Spiritual Human Yoga a séjourné 64 nuits dans une prison belge, avant d’être libéré sous caution (un montant de 50 millions de francs). Retourné aux Etats-Unis, Dang s’est ensuite docilement présenté à la première audience de son procès à Bruxelles, en octobre dernier, sans savoir qu’il y serait à nouveau coffré : à la suite, cette fois, d’un mandat d’arrêt international émanant des autorités suisses, qui lui reprochent des blanchiments d’argent…

Ecroué à Forest, c’est donc menotté que Dang a assisté, le 8 décembre, aux récits des premiers témoins comparaissant devant la présidente du tribunal Anne-Françoise de Laminne de Bex. Une entrée en matière qui n’avait rien d’une épreuve, pour lui : produits par la défense, venus tout exprès d’Allemagne, d’Italie ou de Roumanie, ces témoins, la plupart docteurs en médecine (généralistes, neurologue, homéopathes, acupuncteurs…), ont affirmé à l’auditoire combien les enseignements du gourou, facturés de 200 à 750 euros selon les cycles de cours, contribuent chaque jour à épauler leurs pratiques médicales. Un peu de répit pour le maître, donc, au moins jusqu’à la prochaine audience, prévue le 12 janvier 2006.

Valérie Colin

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content