» L’Union doit trouver un accord… « 

Pour Dalia Grybauskaïte, commissaire lituanienne au Budget, l’Union a absolument besoin d’un compromis

Etes-vous optimiste à la veille du prochain sommet européen des 15 et 16 décembre ?

E Je suis optimiste, mais sans sourire. Ne me demandez pas quel sera le résultat de nos discussions ; je puis seulement vous dire qu’un accord est absolument nécessaire.

Quelle est la problématique principale ?

E Nous sommes confrontés à un dilemme. Nous disposons d’un budget très faible, alors que nous devons financer nos deux lignes de force, selon les traités européens, à savoir l’agriculture et la cohésion, qui représentent 80 % de nos dépenses. Le reste, qu’il s’agisse de recherche, d’innovation, de compétitivitéà ne représente même pas les 20 % restants, puisque les dépenses d’administration prennent à elles seules 5 %.

L’Europe sera d’autant plus obligée de trouver un accord que les négociations prévues dans le cadre de l’OMC, à Hongkong, sont presque concomitantes ?

E Si un accord n’est pas trouvé, le message politique qui sera envoyé à Hongkong sera très décevant. A la fois pour les Etats membres entre eux et pour les intérêts de l’Union européenne à l’égard du reste du monde.

Pensez-vous que, si la présidence de l’Union avait été assumée par un autre pays que la Grande-Bretagne, les chances d’un accord seraient plus grandes ?

E Pas du tout. Les raisons du différend existent indépendamment de la question de la présidence. Tout ce que l’on peut dire, c’est que la présidence britannique se trouve confrontée, elle, à un double défi : exercer la présidence de l’UE et maintenir le rabais britannique.

Si la France et les Pays-Bas avaient voté oui à la Constitution européenne, les choses auraient-elles changé de tournure ?

E Qu’il s’agisse du oui ou du non, la réponse des pays européens au projet de Constitution reflète un débat idéologique profond. Quelles réformes faut-il pour affronter les défis de la globalisation ? La réponse se trouve auprès de chaque peuple et de chaque gouvernement actuellement en train de négocier la question budgétaire. Les finances et le budget ne sont donc pas un simple exercice technique ou comptable, mais expriment des choix idéologiques, politiques et économiques. Derrière les divergences entre les pays, existe une différence de conception de l’Europe.

En tant que Lituanienne, êtes-vous plutôt libérale, à l’anglaise, ou plutôt dirigiste, à la française ?

E Je ne suis pas favorable à ce qu’une vision ou un système l’emporte sur les autres. Ce qui est bon pour la Grande-Bretagne, la France ou l’Allemagne ne l’est pas forcément pour les autres pays. Nous pouvons nous entendre sur des principes généraux, mais nous ne pouvons admettre qu’une conception unique soit imposée à tous les Etats membres. Je dois à ma nationalité lituanienne, au terme d’une expérience soviétique douloureuse, une certaine méfiance envers les modèles qui se présentent d’eux-mêmes comme étant les meilleurs.

Entretien : Christian Makarian

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content