L’ombre de la liaison autoroutière plane toujours

Le CDH l’avait annoncé : la liaison autoroutière tant voulue par l’hôpital de la Citadelle est définitivement abandonnée ! Mais le PS n’a pas dit son dernier mot.

La liaison autoroutière de la Citadelle est-elle bel et bien morte et enterrée ? Tout dépend quel son de cloche on écoute. Il y a ceux (en l’occurrence au CDH) qui clament qu’elle croupit six pieds sous terre. Puis il y a ceux (en l’occurrence au PS) qui espèrent qu’elle pourra un jour ressusciter.

Ce dossier fait partie de ceux qui fissurent l’apparente entente cordiale entre les deux partenaires de majorité, tant à la Ville de Liège qu’à la Région. Cette bretelle de 1,7 kilomètre, censée relier l’E313 à Vottem à l’hôpital public, on en parle depuis les années 1970, période à laquelle cette option a été inscrite au plan de secteur. Le débat a connu des hauts et des bas, puis a inévitablement ressurgi lorsque le concurrent Centre hospitalier chrétien (CHC) annonça, en 2013, avoir obtenu les fonds nécessaires (260 millions, dont 187 du fédéral et 14,5 de la Région wallonne) pour se construire un tout nouveau bâtiment, juste en bordure d’autoroute, avec une nouvelle sortie spécialement créée pour lui.  » Il va ainsi devenir l’hôpital le mieux connecté d’Europe, assure Michel Peters, conseiller communal MR. Depuis, les autres courent derrière lui pour essayer d’améliorer leur mobilité.  »

Willy Demeyer, bourgmestre socialiste de Liège, avait pourtant mis tout son poids politique dans la balance pour empêcher la construction du futur Mont Légia (c’est son nom) sur ce site. Sans succès. Le CHC a peut-être moins d’appuis politiques au niveau liégeois – à la différence du CHR – mais peut compter sur d’autres relais CDH au fédéral et à la Région. Ce combat politique-là, l’hôpital privé l’avait gagné.

Restait au PS à ressortir sa marotte. Sur le mode : le CDH a eu sa sortie d’autoroute, à nous la liaison pour le CHR. Tant pis si les riverains n’en veulent pas. Jean-Claude Marcourt, ministre wallon de l’Economie (PS) serait monté au front.  » C’est lui qui avait négocié – sans doute un peu trop vite – le dossier Citadelle, affirme Guy Krettels, conseiller communal Ecolo.Avant, Marie-Claire Lambert, la présidente du conseil d’administration de l’hôpital, était pour la construction d’un téléphérique. Puis, tout à coup, elle soutient la liaison ! Ça montre qui tire les ficelles.  »

Le 1er décembre dernier, Maxime Prévot, ministre humaniste des Travaux publics, refusait d’accorder 20 millions pour la construction de la liaison autoroutière et préférait budgéter 4 millions pour  » améliorer les flux de mobilité et les voiries existantes « . Cris de joie chez les CDH liégeois. Pour que le bonheur soit parfait, il faudrait encore que la bretelle soit totalement retirée du plan de secteur.

Or, elle y figure toujours bel et bien. Marie-Claire Lambert (PS) aime d’ailleurs rappeler que si les 4 millions ne suffisent pas à améliorer la situation, il faudra reparler de la liaison.  » Elle est toujours au plan de secteur.  » Et elle pourrait bien y rester. Le 15 décembre, le ministre Carlo Di Antonio (CDH), en charge de la Mobilité, répondait ainsi au député wallon et conseiller communal liégeois Benoit Drèze (CDH également) que  » s’il est sans nul doute justifié de ne pas réaliser une infrastructure dans le contexte actuel, nul ne peut garantir qu’il en sera de même à longue échéance « . De quoi faire jubiler le PS. Ce dernier gagnera-t-il la guerre ?

Mélanie Geelkens

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content