Libéraux au bord de la crise (de nerfs)

Véronique Cornet (MR) et Sven Gatz (Open VLD) incarnent cette génération de jeunes quadras qui monte en puissance au sein d’une famille libérale en pleine tourmente. L’un comme l’autre étaient pressentis pour devenir ministres. Pas de chance : tant au Nord qu’au Sud, les portes du pouvoir sont restées closes pour les partis bleus. Rencontre.

Le Vif/L’Express : Le MR vient d’étaler au grand jour ses déchirements internes. L’Open VLD se cherche un nouveau président et tente de se relever après un score calamiteux aux élections régionales. Bref, les partis libéraux sont en crise. Une crise passagère ?

> Sven Gatz (Open VLD) : Oui, je pense que c’est passager. Naturellement, la crise économique ne nous aide pas, car certains font l’amalgame entre le capitalisme sauvage et le libéralisme. En 2003, les libéraux obtenaient encore 25 % des voix en Flandre. On est maintenant tombés à 15 %. L’usure du pouvoir joue sans doute, mais ça ne peut constituer la seule explication. On doit s’interroger sur notre style, notre manière de faire de la politique. On doit redevenir plus humbles. Et pour les libéraux, plus que pour d’autres, c’est difficile de rester humbles. L’Open VLD manque de chaleur. C’est devenu un parti trop froid.

Le même reproche est adressé à Didier Reynders : il paraît trop froid. Pure coïncidence ?

> Véronique Cornet (MR) : On a peut-être mal communiqué. On a considéré – de façon erronée – que nos valeurs étaient comprises de tous. Or le message libéral est complexe. Il nécessite beaucoup de pédagogie. Durant la campagne électorale, nous nous sommes concentrés sur la bonne gouvernance, l’éthique en politique et la crise écologique. Nous avons perdu de vue que la crise économique mettait les gens dans une situation d’inquiétude et de mal-être profond. Nous n’avons pas réussi à montrer que notre programme politique répondait à ces difficultés du quotidien.

En période de crise, les partis libéraux n’apparaissent pas rassurants aux yeux des électeurs. Comment l’expliquez-vous ?

> V. C. : La gauche, toute la gauche, mais essentiellement le PS, a multiplié les amalgames. Elle a tenté de confondre libéralisme et capitalisme. La gauche a fait croire que l’Etat providence – que j’appelle, moi, un Etat omnipotent et paralysant – pouvait garantir le progrès pour tous. Or les socialistes sont au pouvoir depuis tant d’années, et ils n’ont pas réussi à démontrer que le socialisme était synonyme de progrès social et de développement économique.

> S. G. : Les libéraux sont presque uniquement associés à la baisse de la pression fiscale. Il s’agit d’un sujet très important pour un parti libéral. Mais, en même temps, c’est aussi un piège. Car, avec ce sujet-là, on ne peut que séduire un nombre d’électeurs limité. Si on veut devenir un grand parti, un parti populaire, il faut aborder d’autres sujets : l’enseignement, la sécurité sociale, les migrations… Sur ces questions-là, on apparaît souvent moins convaincants que d’autres partis.

Libéral et populaire : il n’y a pas de contradiction dans les termes ?

> V. C. : Non. Le MR est par essence un parti populaire. Mais il lui appartient maintenant d’en faire la démonstration. Que voulons-nous ? Garantir le bien-être et les libertés de tous par le travail, par le développement économique, par la production de ressources. Je n’aime pas cette façon de faire de la politique qui consiste à dire : ne vous inquiétez pas, l’Etat est là, dormez braves gens !

Quand on est libéral, on veut forcément payer moins d’impôts ?

> S. G. : Oui. Parce que nous tenons à une société où l’Etat rend des services aux citoyens, mais en ne leur imposant qu’une pression fiscale minimale. Aujourd’hui, l’Etat offre beaucoup de services, peut-être même trop. Nous devons redéfinir le rôle de l’Etat. Mais je suis d’accord avec Véronique Cornet : on a mal communiqué. En demandant une baisse de la fiscalité, on donne parfois l’impression de vouloir rendre leur argent aux citoyens. Un peu comme Margaret Thatcher, qui disait :  » I want my money back.  » Cela a une connotation égoïste, alors que nos demandes en matière de fiscalité sont davantage motivées par une certaine conception du rôle de l’Etat, qui doit laisser aux citoyens un maximum de libertés.

> V. C. : Derrière cette baisse de la pression fiscale voulue par les libéraux, il y a une façon réaliste d’aborder la politique : l’Etat providence, ça n’est pas possible. L’Etat doit intervenir de manière efficace pour garantir le bien-être des gens, oui, mais cette aide ne tombe pas du ciel !

> S. G. : Le libéralisme, en soi, est social. Mais une nouvelle définition du libéralisme social est aujourd’hui nécessaire. On doit en débattre à l’intérieur de nos partis. A cet égard, peut-être que les positions sont moins crispées chez nous qu’au MR.

L’Open VLD a aussi eu sa part… Le sénateur Patrik Vankrunkelsven vient de quitter le parti. Et les rivalités entre Guy Verhofstadt, Karel De Gucht et Patrick Dewael ont atteint, par le passé, des proportions terribles.

> S. G. : C’est vrai. Et c’est très difficile à maîtriser. Une fois que l’opinion publique voit les personnes s’opposer, même s’il s’agit aussi d’une opposition d’idées, elle vous perçoit comme d’éternels chamailleurs. Notre parti a connu ça lors des débats sur le droit de vote des étrangers, en 2004, et le problème nous poursuit toujours. Non pas ce thème spécifique, mais le fait qu’à partir de ce moment-là on a été confronté à des tensions entre personnes, entre clans…

Il y a quelque chose de cassé dans le parti ?

>S. G. : Oui. Nous devons maintenant retrouver un esprit de groupe. Même si les élus libéraux sont souvent réticents par rapport à l’idée même d’un esprit de groupe.

La doctrine libérale veut octroyer un maximum d’autonomie à l’individu. Est-ce pour cette raison que les libéraux éprouvent tant de mal à travailler de façon collective ?

>S. G. : C’est en tout cas plus difficile pour les libéraux que pour d’autres. Une certaine dose d’anarchie, ce n’est pas forcément mauvais. Mais il faut la canaliser. Là, je pense qu’il y a une différence entre l’Open VLD et le MR. J’ai l’impression que les structures du MR sont encore plus ouvertes que les nôtres. Parmi les partis flamands, nous sommes sans doute le parti le moins organisé. Mais nous sommes malgré tout de mieux en mieux organisés. C’est nécessaire. Sans esprit de groupe, sans structures solides, on cesse d’être un parti politique et on devient une simple association d’élus. Une organisation trop légère n’est plus assez performante pour gagner les élections.

Le MR est de longue date décrit comme un parti sans véritable appareil…

>V. C. : Je trouve que c’est justement quelque chose de très sain. Cela permet de conjuguer les points de vue, les talents, les profils.

Conjuguer les points de vue ? Les lettres des pro et anti-Reynders ont plutôt laissé une image d’affrontement.

>V. C. : On ne se dispute jamais qu’avec les gens qu’on aime. Les formations politiques, c’est comme les couples : tant que vous débattez, c’est que vous tenez encore à la structure. Ce que j’aime au MR, c’est que l’initiative est laissée à chacun de construire quelque chose. Mais, à un moment, il faut effectivement dégager une ligne commune. Et, à ce niveau, notre manière de fonctionner doit être améliorée.

 » L’Etat providence, ce n’est pas possible « , avez-vous dit. Ne craignez-vous pas de renforcer l’image d’un parti qui effraie, au lieu de rassurer ?

>V. C. : Non. Je veux que tous les citoyens bénéficient d’une vraie égalité des chances. Mais je dis aussi aux gens : l’Etat doit intervenir quand vous en avez besoin. On ne peut pas compter sur l’Etat pour tout résoudre – ce qui est le discours simpliste du parti socialiste, en tout cas en période de crise. En dehors des crises, les socialistes se font les chantres de l’économie de marché : on l’a vu avec le plan Marshall. Mais, dès que la crise apparaît, c’est la faute des libéraux ! En Wallonie, l’omnipotence de l’Etat maintient une chape de plomb sur les gens. Pourquoi refuser l’accès à la propriété aux locataires des logements sociaux ?

>S. G. : En Flandre, c’est possible. C’est Marino Keulen, un ministre libéral, qui a introduit cette possibilité. Du côté flamand, le clash entre libéraux et socialistes est moins frontal qu’en Wallonie. Par contre, nous avons de grosses difficultés au gouvernement fédéral, vu les tensions entre l’Open VLD et le MR d’une part, et le PS d’autre part. Il devient très compliqué de prendre des décisions sur le fond des dossiers. Le gouvernement se trouve dans une recherche d’équilibre permanente. A moyen terme, je ne sais pas si c’est bien pour le pays… Cela devient un peu paralysant. Pas seulement en raison des désaccords idéologiques. La cause de ces tensions réside surtout dans une attitude différente par rapport aux réformes : les libéraux regardent vers l’avenir et veulent aller de l’avant, tandis que les socialistes souhaitent surtout conserver ce qui est acquis.

Entretien : François Brabant

 » L’état

providence, ce n’est pas possible « 

(Véronique cornet)

 » Les libéraux doivent redevenir humbles « 

(Sven Gatz)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content