Les ficelles du Centre de la marionnette

Devenu une réelle institution culturelle en Wallonie, le Centre de la marionnette a récemment numérisé près de la moitié de ses 2 500 figurines. Une avancée technologique considérable qui lui offre, à moyen terme, une visibilité internationale.

maisondelamarionnette@skynet.be www.maisondelamarionnette.be

Riche de près de 2 500 personnages provenant des quatre coins du monde, la collection du musée des arts de la Marionnette, pôle patrimonial du Centre, est considérable. Ombres indonésiennes en peau de vache et cornes d’animaux, figurines chinoises d’époque et marionnettes belges plus traditionnelles font notamment partie de sa collection. Un ensemble de biens parfois fragiles à protéger du passage du temps.

De février à juillet 2012, une équipe de l’Atelier de l’imagier a occupé une des salles du centre pour inventorier et immortaliser une partie des fonds de l’établissement culturel.  » Ce chantier consistait à numériser nos fonds ainsi que nos collections, à les valoriser et à les pérenniser. L’action entre dans le cadre du plan Pep’s, le plan de Préservation et d’exploitation des patrimoines de la Fédération Wallonie-Bruxelles, explique Katty Druelles, animatrice-responsable des collections au Centre de la marionnette. Au total, le prestataire est venu pendant cinq mois pour photographier 1 385 marionnettes que nous avions sélectionnées au préalable pour leur spécificité ou leur technicité. Notre plus grosse difficulté a été de donner une consistance, une sorte de vie aux marionnettes lors des séances photo, car, d’habitude, la figurine commence seulement à exister lorsque nous la manipulons.  »

Un catalogue d’exposition dans les cartons

Maintenant que le travail de digitalisation est terminé, le Centre de la marionnette voudrait, dans un avenir proche, exploiter au maximum les photos haute définition réalisées.  » Nous avons tout un tas de projets liés à cette numérisation, notamment celui de sortir un catalogue d’exposition où l’on pourrait retrouver toutes nos collections car seulement 400 marionnettes sont exposées dans nos salles, précise Aurélie Montignie, chargée de projets d’édition. Ce livre d’art devrait voir le jour en septembre prochain. Si nous en avons les moyens, nous aimerions aussi rendre toutes ces données accessibles sur tablette iPad.  »

Dans les mois à venir, l’ensemble des images seront en tous cas disponibles sur le portail du Pep’s et sur celui du PAM, le portail des arts de la marionnette.  » C’est une plate-forme Web portée par l’Institut international de la marionnette de Charleville-Mézières où l’on peut consulter gratuitement toutes les collections et archives de chaque partenaire. Notre collaboration va permettre d’exporter nos images aux passionnés et aux chercheurs du monde entier et de montrer comment nous concevons les arts de la marionnette en Belgique.  »

A. DT.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content