LE SOLAR IMPULSE :  » UN GROS JOUET SANS AVENIR  » ?

L’article  » Solar un peu flappy  » (Le Vif/L’Express du 17 juin), un peu moqueur et racoleur, plaira certainement à quelques lecteurs, mais je voudrais quelque peu éclairer votre lanterne qui me semble manquer totalement d’énergie, contrairement à cette merveilleuse réalisation qu’est le Solar Impulse. D’abord, s’il est exact que ses batteries n’étaient pas à pleine charge, une autre cause du retour était la force persistante du vent de face. Ce projet a démarré au début des années 2000 et a été sponsorisé entre autres par la société Solvay, dans laquelle j’ai fait carrière.

Ce projet était un grand défi pour notre centre de recherche et a été un challenge pour des dizaines de personnes extrêmement motivées qui, après des centaines de tests et expérimentations parfois décevantes pour trouver de nouveaux matériaux innovants, ont enfin vu leurs travaux couronnés de succès. Solvay est parvenu à créer et à mettre au point de nouveaux matériaux plastiques, de nouveaux systèmes et membranes pour de nouveaux types de batteries et cellules photovoltaïques qui seront utilisés dans des applications beaucoup plus lucratives dans un avenir très proche, notamment dans l’industrie automobile pour les voitures hybrides ou électriques et dans les matériaux toujours plus légers, mais plus solides en même temps. Alors que vous ironisez sur  » un petit tour mais puis revient  » ou  » un gros jouet sans avenir « , je vous conseillerais de vous-même faire un petit tour mais surtout de ne jamais revenir. […] Soyez certain que, l’année prochaine, cet avion miné de nouvelles technologies réalisera comme prévu son tour du monde.

En écrivant que le Solar Impulse a dû recharger en partie ses batteries avec du courant conventionnel, et en soulignant qu’il y avait là un risque d’apporter du grain à moudre  » aux esprits moqueurs qui ne voient dans le Solar qu’un gros jouet sans avenir « , nous n’avons posé aucun jugement sur le projet lui-même. Au contraire, les lecteurs avertis savent avec quel enthousiasme nous avons présenté, à plusieurs reprises déjà, les différentes étapes de cette aventure majeure pour ce début de siècle, de même que l’avancée technologique qu’elle représente. Pour paraphraser un proverbe chinois :  » Quand le sage montre la lune, certains ne voient que son doigt. « 

Il n’est pas donné suite aux lettres ouvertes ou portant des adresses incomplètes. La rédaction raccourcit certaines lettres pour permettre un maximum d’opinions.

RENÉ DEBURE, SAINT-GHISLAIN, PAR COURRIEL; F. Gr.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content