Le premier PC transformable

Entre portable et tablet PC, le cour du nouvel Acer TravelMate balance

A l’image du canapé qui se transforme en lit de fortune, le dernier ordinateur ultra-portable du fabricant taïwanais Acer (5e fournisseur de PC en Europe), passe, par une simple rotation de son écran, du statut de notebook traditionnel à celui, plus branché, de tablet PC. Radicale, la transformation permet d’oublier le clavier et la souris au profit du seul stylet. Comme sur un Handled PC, celui-ci sert à la fois d’outil de pointage (souris) et de saisie (clavier). Cette dernière fonction met d’ailleurs en exergue la formidable avancée réalisée ces dernières années dans le domaine de la reconnaissance d’écriture manuscrite. Plus besoin de longues séances d’apprentissage, ni d’écriture laborieuse: ce que l’on écrit sur l’écran LCD de 10,4 pouces – sans prendre plus de précautions que si l’on opérait sur un bloc-notes papier- est transformé directement en écriture typographique. Si cette opération paraît naturelle s’avère pour l’utilisateur, elle nécessite une grande puissance de calcul. En la matière, le TravelMate C100 ne manque pas d’atouts.

Architecturé autour d’un Pentium III 800 MHz (basse tension), il comporte 256 MB de mémoire vive et un disque dur amovible ultra ATA/100 capable de stocker 20 GB de données. A côté du traditionnel slot pour cartes PCMCI II, on trouve un lecteur de cartes à puce muni d’une Smartcart de sécurité. Sans l’introduction de celle-ci dans le logement, il est impossible d’allumer l’ordinateur. En plus de ce verrouillage physique, la Smartcard permet de crypter et décrypter les fichiers et dossiers importants afin d’empêcher la copie de données sensibles. Résolument portable avec ses 1,4 kg, l’engin est équipé d’origine d’un module wireless basé sur la technologie IEEE 802.11b (Wi-Fi) ainsi que d’une interface pour réseaux câblés et d’un modem 56 Kbps. Pas plus épais qu’une petite boîte d’allumettes, le TravelMate ne possède ni lecteur de CD ni floppy. Les deux périphériques sont cependant livrés avec la machine en version externe, à brancher sur l’un des 2 ports USB. Mis à part ce petit inconvénient et une légère fragilité du clavier (perte d’une touche lors des tests), l’Acer TravelMate C100 se révèle un ordinateur très performant. Seul le prix de 2 700 euros devrait freiner la fièvre acheteuse des consommateurs.

Vincent Genot, Informations:

www.acer.be

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content