Le gros bonnet

Peu de temps après sa bande originale pour le film About A Boy, Badly Drawn Boy déboule avec Have You Fed The Fish?

« Mon premier disque, The Hour of Bewilderbeast, a dû se vendre à 700 000 exemplaires dans le monde, ce qui me permet de faire ce que je veux. Pour moi, être musicien consiste d’abord à écrire des chansons plutôt qu’à se coltiner d’interminables tournées dans le monde. » Damon Gough, alias Badly Drawn Boy, quitte sans doute son éternel bonnet pour dormir mais, lors de cette rencontre bruxelloise, il a tout du type qui – pour reprendre la définition de l'(ex) attachée de presse de sa firme de disques – « pue le bus de tournée ». Comme Mozart semblait être plus vulgaire que sa musique, les chansons de Damon sont plus fraîches que ses chemises. A vrai dire, l’odeur qui se dégage de son troisième disque est toujours d’un imparable parfum post-beatlesien qu’il nuance: « Les Beatles ne sont pas les premiers qui me viendraient à l’esprit, je citerais plutôt les Flaming Lips, les Pixies, Nirvana, Guided By Voices, Money Mark, Mercury Rev. J’accepte qu’on me parle des Beatles mais je préfèrerais être un type bizarre, comme Zappa. » En fait, Have You Fed The Fish ? ressemble assez peu à du Frank: trop mélodique, trop séducteur. Sur des airs d’allure insouciante, Badly Drawn Boy y questionne sa « célébrité » et son état de nouveau père. Elevé dans une famille ouvrière de Manchester, biberonné à Carole King, Dylan ou Meat Loaf, Damon s’est découvert fan de Police, Jam, Specials ou Dexy’s Midnight Runners. Comme n’importe quel teenager peu porté sur les études, il a préféré chipoter dans les métiers du bâtiment tout en rêvant à un grand destin de pop à l’anglaise. Il reste donc « surpris de pouvoir, par exemple, engager l’actrice-star Joan Collins – cinquante mille livres pour deux jours de travail sur son clip – et de tutoyer Hugh Grant… » Dans You Were Right, premier single du disque, il mentionne Lennon, Cobain, Sinatra et Buckley. « Je me sentais physiquement et mentalement fatigué par ces victimes du business, Cobain suicidé, Lennon assassiné, le mystère de la mort de Buckley ». Damon Gough a autant de charisme qu’un mec sorti d’un pub crasseux après une soirée aux fléchettes, mais ses chansons aux arrangements futés sont – simplement – superbes.

Ph.C.

CD Have You Fed The Fish ?, chez V2 Records.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content