L’axe PS-CD&V, l’allié sûr de la SNCB

Pierre Havaux
Pierre Havaux Journaliste au Vif

Socialistes francophones et chrétiens-démocrates flamands auraient le plus à perdre à ce que le linge sale de la SNCB se déballe dans une commission d’enquête parlementaire. Aubaine : Ecolo, SP.A ou libéraux n’auraient pas grand-chose à y gagner.

Mise à mal par la catastrophe ferroviaire de Hal, la politique de sécurisation du rail belge hante les couloirs du Parlement. Elle risque de faire frémir dans les allées du pouvoir, si la machine à réclamer toute la vérité venait à s’emballer. Impossible pour le monde politique de ne pas mettre les mains dans le cambouis. De se contenter de la version des faits livrée par le trio de dirigeants de la SNCB, serrant les rangs sous l’£il inquisiteur des députés de la commission Infrastructures. La ministre de tutelle, Inge Vervotte (CD&V), aussi prompte à vouloir jouer la transparence que la carte de l’apaisement, sera prise au mot.

Ce genre d’investigations peut mener très loin. Trop loin, au goût de certains. Mieux vaut soupeser l’intérêt de dégainer l’arme la plus redoutable : la commission d’enquête parlementaire, avec son cortège d’auditions sous serment, de témoins gênants. Et sa surenchère médiatique. Dans le climat ambiant, aucun parti n’est assez sot pour écarter d’emblée cette extrémité. Mais aucun ne l’envisage avec enthousiasme. L’opposition exceptée, réduite pour la cause à la N-VA et au Vlaams Belang. Prudence, avant de manier ce joujou-là sur un terrain aussi glissant que celui de la SNCB. A droite comme à gauche, dans le nord du pays comme au Sud, quasi tous les partis ont touillé dans la popote de la société ferroviaire. Ils risquent d’en ressortir plus ou moins éclaboussés, selon l’intensité des liens noués avec la SNCB au fil du temps.

CD&V et PS sont aux premières loges. Côté CD&V, un de ses hommes en vue entend déjà ses oreilles siffler. Etienne Schouppe, secrétaire d’Etat à la Mobilité, l’homme qui a régné sur la SNCB de 1987 à 2002. Précisément durant la période qui intrigue les députés, car dominée par l’arrêt du programme de sécurisation du rail. Malin, Schouppe veillera à se trouver en bonne compagnie si on s’avisait de trop le chercher. Coëme, Daerden, Di Rupo : il se ferait un plaisir d’appeler à la barre ses anciens ministres de tutelle PS. Tout le monde pourrait en prendre pour son grade. Ecolo et son ancienne ministre des Transports, Isabelle Durant, auront droit aux railleries pour l’amateurisme dans la gestion de la SNCB. Le SP.A, bien que dans l’opposition fédérale, se gardera d’en rajouter, sous peine d’embarrasser ses anciens responsables des Entreprises publiques Johan Vande Lanotte et Bruno Tuybens, ainsi que l’ancien cabinettard devenu patron de la SNCB-Holding, Jannie Haek. A priori moins exposé : le camp libéral, flamand et francophone, dans l’opposition dans les années 1990. Encore que remonter à la période des vaches maigres du rail, durant la décennie 1980, pourrait contrarier le ministre VLD de l’époque, Herman De Croo, ou le président de la SNCB d’alors, un certain Didier Reynders. Même le moins impliqué dans l’aventure ferroviaire, le CDH, a un pied dans les conseils d’administration.

La boîte de Pandore

Retenue par la majorité, la piste de la commission spéciale pourrait suffire à titiller l’adversaire. Le MR donne un avant-goût des joutes : abrités derrière la vox populi, les libéraux épinglent  » les investissements colossaux  » dans les gares pour réclamer le report des luxueux projets d’infrastructure. De quoi agacer le PS, associé dans les esprits à l’édification de la monumentale gare TGV à Liège, et intéressé au premier chef par le projet d’une nouvelle gare montoise signée Calatrava, chère à Di Rupo. Aller plus loin dans le déballage du linge sale du rail belge serait politiquement insensé. Et impensable, à l’approche du scrutin fédéral de juin 2011. L’axe fort CD&V-PS veillera à dissuader ceux qui tenteraient d’ouvrir exagérément la boîte de Pandore.

PIERRE HAVAUX

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content