La saison des amendes

Quand même, ce Bill Gates, quelle andouille ! D’abord, garer son PC en double file devant une école, sur un passage pour piétons et à moins de 15 mètres d’un arrêt de tram, c’est chercher les ennuis. Mais, en plus, se faire condamner après le 1er mars, c’est-à-dire après que toutes les amendes eurent augmenté, ce n’était vraiment pas une bonne idée. Résultat : une prune de 497 millions d’euros, et à payer tout de suite, s’il vous plaît, sinon on vous retire le permis et vous devez rentrer à pied, mais rassurez-vous, vous pouvez payer par carte.

Les amendes sont donc à la mode. Avec la généralisation des radars automatiques, les Français en paient à la pelle. Depuis l’augmentation des montants en Belgique, c’est un véritable magot que les policiers ramènent chaque soir au commissariat, à tel point que certains craignent à présent de se faire détrousser comme le premier convoyeur de fonds venu. Et la Région bruxelloise envisage de faire payer les avions trop bruyants qui la survoleraient. Même que les pénalités seraient doublées si les avions sont équipés de Windows Media Player.

Reste une injustice criante : pourquoi seuls les Etats, les institutions européennes et la Région bruxelloise ont-ils le droit d’imposer des sanctions financières à celles et ceux qui abusent de leur monopole, de leur voiture ou de leurs réacteurs ? Au nom d’une égalité bien comprise, nous devrions tous avoir le droit d’infliger des sanctions aux nuisibles qui nous pourrissent la vie.

Au supermarché, quelqu’un bloque la caisse express 10 articles avec un Caddie assez rempli pour attendre la fin du monde quelques mois sans se faire du souci ? Allez hop, amende au bénéfice de tous ceux qui sont derrière lui. Avec perception immédiate ou abandon du Caddie sur place. Vous profitez des premiers jours du printemps pour vous promener, le nez en l’air, quand un clampin se décide à faire entendre à toute la rue les nouveaux baffles qu’il vient d’installer entre les jantes alu et le spoiler ? Grosse amende. Salée. Et destruction sur-le-champ du corps du délit. A coups de masse. Un témoin de Jéhovah vous tire du lit un dimanche, vers 10 heures du matin, sous le prétexte de  » vous parler de Dieu « , alors que vous venez de vous coucher et que vous avez une migraine carabinée ? Amende ! Ou travaux d’intérêt général : aller vous chercher les croissants avant de reprendre en ch£ur avec vous  » A bas la calotte !  »

Oui, y a pas à dire, si tout le monde pouvait faire comme la Commission, l’Etat et la Région, on s’amuserait enfin un peu dans ce pays. Même que c’est pour ça que cette idée ne risque pas de se réaliser de sitôt : un Etat où tout le monde rigole est un Etat où l’on ne respecte plus l’autorité. Et ça, ça ne va pas. Alors, on se contentera d’écouter de la musique sur un Windows Media Player. Ah non, flûte, ça non plus, on ne peut plus.

Marc Oschinsky

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content