La rouquine rentre en scène

Annie fait le plein de vrais méchants et de gentilles orphelines. Mais ce conte de fées endiablé conforte surtout le PBA+Eden dans son rôle de relance d’un genre injustement délaissé : le  » lyrique léger « .

Annie, ah oui : la rousse effrontée au toutou ébouriffé, la sans-famille du film de John Houston, à l’affiche en 1982… Juste, mais pas seulement. Peu de monde sait en effet qu’ Annie fit sensation, à Broadway, en 1977 : 2 500 représentations qui valurent aux auteurs Strouse, Meehan & Charnin de rafler 7 Tony Awards, la plus haute récompense annuelle pour le théâtre aux Etats-Unis… On connaît d’autant moins ce passé glorieux que le musical, ici en Belgique, n’a plus tellement la cote – excepté en Flandre. Côté francophone, il appartient en vérité (comme l’opérette, l’opéra-bouffe, l’opéra de chambre ou le music-hall) à un style de divertissement tombé graduellement dans l’oubli, ployant sous les a priori et peinant à retrouver un public. Pourtant, son répertoire comprend des bijoux d’irrésistible bonne humeur, à l’origine d’innombrables airs célèbres. Tant d’allégresse méritait bien une nouvelle jeunesse… En 2009, bien inspirée, la Communauté française confiait au palais des Beaux-Arts de Charleroi (PBA+Eden) la mission de réveiller le label  » lyrique léger « . Depuis, Charleroi Pôle Lyrique propose aux curieux des £uvres qu’on dirait vieillottes, ou à tout le moins datées, mais présentées sur un mode résolument contemporain. Au programme, cette saison, des opéras  » faciles  » ( Carmen, La Bohème…), des £uvres franchement méconnues ( Thérèse, Au temps des croisades…) et cette Annie, condensé de gaieté auquel treize filles de 9 à 14 ans prêtent vie et voix…

Avec talent. Les promoteurs de cette nouvelle production ne sont en effet pas des manchots : Ars Lyrica a déjà fourni, clé sur porte, une excellente Mélodie du bonheur (en 2009, au PBA), après d’autres classiques du théâtre chanté – West Side Story, Tom Sawyer, etc. La compagnie prend appui sur l’expérience de professionnels de la scène (le metteur en scène Joël Lauwers, le directeur musical David Miller, le chorégraphe Laurent Flament) peu ou prou reliés à diverses grandes maisons d’opéra, dont la Monnaie. Il est d’ailleurs piquant de noter que cette dernière et Ars Lyrica se sont un peu  » frottées  » l’une à l’autre, l’an passé, autour de la question du recrutement des jeunes interprètes : voyant d’un mauvais £il certaines de ses pupilles postuler pour la comédie musicale, le chef du ch£ur des enfants de la Monnaie a mis celles-ci au pied du mur : ce serait ou Annie, ou le Brussels Requiem et La Bohème (montés cet automne à la Monnaie), mais pas les deux…  » Cet incident montre à tout le moins la pauvreté d’un enseignement artistique de qualité en Belgique, constate Lauwers. De petites amatrices de karaoké, oui, on en a eu des flopées. Mais des fillettes capables d’exercer correctement le chant et la danse, ce ne fut pas simple à trouver.  » Celles qui s’éclatent, ici, en s£urs de misère d’Annie, sont entourées par huit musiciens et huit artistes adultes, dont la crème belge du lyrique léger (Patricia Van Acker, Pati Helen-Kent, Fabrice Pillet). Une mise à distance du contexte originel (la crise new-yorkaise de 1929), un peu de boogie-woogie, beaucoup de punch et d’humour donnent à cette Annie une touche bien fougueuse.  » Contrairement aux partitions d’opéra, fixes et quasi intouchables, c’est le propre des comédies musicales d’être à l’infini malléables « , constate Lauwers. Parions qu’à Charleroi, puis à La Hulpe, il y en aura, des pieds qui feront des claquettes sous les chaises, et des bouches fredonnant les morceaux cultes – Tomorrow (doté par Grace Jones d’une version dance) ou It’s a Hard-Knock Life (récemment  » arrangé  » par le rappeur Jay-Z)…

Annie, du 18 au 27 décembre, au PBA+Eden de Charleroi, puis au Dolce, à La Hulpe, les 8 et 9 janvier. Infos au 071 31 12 12, sur www.pba-eden.be, www.comediemusicale.be ou www.arslyrica.com

VALÉRIE COLIN

 » C’EST LE PROPRE DES COMÉDIES MUSICALES D’ÊTRE À L’INFINI MALLÉABLES « 

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content