La maison à l’envers

Les pièces de vie à l’étage, la zone de nuit au rez-de-chaussée. Et deux architectures différentes, adaptées aux fonctions des lieux. Découverte avec l’architecte, qui pousse aussi le souci du détail jusqu’à la réalisation des meubles intégrés dans la maison.

Moitié béton, moitié bois, cette maison construite à Jodoigne s’étale sur deux étages radicalement différents. Une fois n’est pas coutume, les pièces de vie se situent au premier étage ; les chambres, au rez-de-chaussée. Une maison  » montée à l’envers « , selon les termes de son architecte, Sebastien Dierckx.

 » Le but est de profiter au maximum de la vue vers la vallée, explique l’architecte. Raison pour laquelle le verre a été privilégié à l’étage. Une terrasse périphérique a également été construite.  » Avec un parapet, histoire de bénéficier du paysage sans être vu par les voisins en contrebas. Pour faire rentrer le plus de lumière possible, une verrière a été prévue dans le toit. Les rayons du soleil transpercent même la maison de part en part : une ouverture vitrée est également intégrée dans le sol du premier étage, pour illuminer le rez-de-chaussée. Résultat :  » Une structure chaude, ouverte, légère.  » Composée essentiellement de bois. Sauf au niveau du sol, réalisé en béton lissé. Un matériau esthétique, mais froid, raison pour laquelle un chauffage par le sol a été intégré.

Les cinq chambres – famille nombreuse oblige – et le bureau sont situés sur le plancher des vaches. Toutes ces pièces constituent  » le socle de la maison, sur lequel repose la zone de vie « . L’ensemble de l’ouvrage se distribue sur 300 mètres carrés. Une construction neuve d’une taille appréciable, érigée pour un montant raisonnable de 400 000 euros. Frais d’architecte, taxes et… meubles compris.

Sebastien Dierckx a en effet pris l’habitude de dessiner la décoration intérieure de la maison, en plus de sa structure.  » En général, l’architecte se contente de réaliser la structure du bâtiment. Le problème est que les choix des occupants en termes de décoration intérieure sont parfois destructeurs de l’ensemble. Sans compter qu’ils ont tendance à acheter les mêmes objets dans les mêmes magasins.  » La réalisation des lits, des meubles d’appoint ou des garde-robes est confiée à des artisans qui travaillent depuis de nombreuses années avec l’architecte. Un gage de cohérence et d’originalité, qui permet en plus de faire des économies sur le poste  » meubles  » lors de l’emménagement.

Gilles Quoistiaux

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content