La guerre des étoiles

Laurence Van Ruymbeke
Laurence Van Ruymbeke Journaliste au Vif

Après plusieurs années de vache maigre, les hôtels 5 étoiles bruxellois retrouvent lentement le sourire. Mais la lutte est âpre : il y en a trop dans la capitale

Les armoires ne font pas leurs 75 ans. Larges et spacieuses, elles comportent 5 tiroirs. Un par jour de semaine, pour faciliter le rangement des vêtements par les bonnes. C’était en 1930. Les bonnes sont rares, désormais. Et les tiroirs des hôtels bruxellois de luxe restent régulièrement vides. On compte 18  » 5 étoiles  » à Bruxelles, le top dans le classement hôtelier, dont trois seulement sont indépendants de toute chaîne hôtelière. En semaine, on y croise essentiellement des hommes d’affaires : les institutions européennes, l’Otan et les sièges des nombreuses multinationales implantées dans la capitale attirent des voyageurs qui doivent bien loger quelque part. Le taux d’occupation du Hilton avoisine les 90 % entre le lundi et le jeudi.

Le week-end, en revanche, les hôtels de luxe font plus grise mine. Un peu plus de la moitié de leurs chambres seulement sont alors occupées, par des touristes. Pour attirer les voyageurs peu coutumiers du grand luxe, certains hôteliers étoilés n’hésitent pas à casser les prix en fin de semaine. En négociant, on peut trouver une chambre à 75 euros la nuit, dans un hôtel 5 étoiles.

Les prix des chambres, dans l’hôtellerie haut de gamme, ne sont de toute manière jamais fixes : ils varient en fonction de la demande. Ainsi, une chambre traditionnelle au Plaza se loue entre 109 et 350 euros hors taxe. A l’Hilton, la fourchette s’étend entre 165 et 465 euros la nuit. Les prix les plus faibles se pratiquent en janvier et durant l’été, les périodes creuses par excellence. Le taux d’occupation moyen tombe alors parfois sous les 50 %.

Mais le personnel, lui, assure le service, quel que soit le nombre de clients présents. A l’hôtel Conrad, installé avec ses 5 étoiles au début de l’avenue Louise, à Bruxelles, 260 personnes sont occupées, pour 269 chambres. A l’hôtel Plaza, au centre-ville, 101, pour 193 chambres. Et au Georges V, à Paris ? 700 personnes sont en charge de 260 chambres ! Mais pour un prix par chambre trois fois supérieur à ceux demandés à Bruxelles. Les 5 étoiles se méritent. Les chambres doivent certes respecter une certaine surface et être équipées, entre autres, d’un sèche-cheveux. Mais les étoiles dépendent aussi du service, garanti 24 heures sur 24, des voituriers, des réceptionnistes et des serveurs en chambres. Coûteux. Confrontés à de sérieuses difficultés financières, certains hôtels hauts de gamme choisissent de laisser une étoile pour devoir répondre à moins de critères de qualité.

Le prix des chambres dans les hôtels de luxe bruxellois n’est, comparativement, pas fort élevé : Bruxelles arrive en 29e position dans le classement des prix des hôtels dans les grandes villes d’Europe….

Laurence van Ruymbeke

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content