La galaxie Standard

Luciano D’Onofrio

Le Liégeois, d’origine italienne, dirige le Standard depuis 1998. A l’époque, le club essuyait un passif de quelque 800 millions de francs belges. D’Onofrio, craint et respecté dans la principauté, est l’homme fort de Sclessin. Il a été condamné dans l’affaire des transferts suspects au sein de l’OM de 1997 à 1999. Expert footballistique, il a débuté comme agent de joueurs – Zinedine Zidane figurait parmi ses  » clients  » – et a contribué à l’essor du FC Porto.

Dominique D’Onofrio

Il a été à 11 mètres de remporter le titre en 2006 (un penalty loupé par Sergio Conceição à Roulers), mais il reste  » le frangin de l’autre « . L’homme en souffrira toujours. Pourtant, l’ancien coach et son club ont été deux fois troisième du championnat et, une fois, vice-champion de Belgique. Depuis deux saisons, Dominique D’Onofrio est directeur technique du Standard.

Michel Preud’homme

Un monument du football belge et du club portugais Benfica. Il est, aujourd’hui, à 49 ans, l’homme clé du succès. Il a façonné à son image une équipe : perfectionniste, généreuse, passionnée , méfiante Alors qu’il était prédestiné à diriger l’Union belge de football, il y a intronisé René Vandereycken, avant de regagner Sclessin, en août 2006, après le renvoi de Johan Boskamp. En 2001, il était déjà l’entraîneur des Rouches, mais il arrêta les frais en juin 2002. Son deuxième mandat est éclatant ( voir son portrait en page 38).

Reto Stiffler

Président du Standard depuis 2000. Homme d’affaires suisse, venu du monde de l’hôtellerie. Il se montre épicurien, ne cherche pas les honneurs médiatiques et n’intervient que dans les décisions stratégiques du club.

Robert Louis-Dreyfus

Administrateur et actionnaire de la SA Standard de Liège. Naturalisé suisse mais Français d’origine, l’ancien patron d’Adidas a repris le club en main, avec la complicité de Luciano D’Onofrio, en juin 1998. Il a investi massivement à l’OM, dont il est le propriétaire, avec, à la clé, un titre rikiki en Coupe Intertoto et une condamnation, pour  » abus de biens sociaux « , à trois ans de prison avec sursis et à 375 000 euros d’amende en juin 2006.

Pierre François

Avocat liégeois. Directeur général du club. Homme de dossiers. Efficace et pièce centrale de l’organigramme du club : au Standard, tout passe par lui.

Louis Smal

Figure du syndicalisme liégeois. En 2001, il fonde le blog  » La famille rouche « , qui réunit les 74 clubs officiels de supporters du matricule 16. C’est à cette association que l’on doit les  » tifos « , immenses banderoles déployées dans les tribunes. Le financement de ces manifestations festives est soutenu par le club, via, notamment, la  » caisse d’amendes  » des joueurs.

Michel Daerden

C’est le  » papa  » à Sclessin. Il est cul et chemise avec Luciano D’Onofrio, qui mesure les efforts (publics) financiers que l’homme fort du PS liégeois a veillé à consentir pour redorer le blason du matricule 16 : création de l’Académie (des jeunes footballeurs) Louis-Dreyfus, lobby auprès des candidats sponsors locaux…

Yves Leterme

Le Premier ministre est tombé dans la marmite rouche dès sa plus tendre enfance. Ce n’est pas un supporter de façade opportuniste, comme il en court dans les stades du royaume lors de la distribution des prix. Cela fait vingt-cinq ans que Leterme endure les sarcasmes de son épouse, fan du FC Bruges…

Didier Reynders

Le Liégeois est un habitué à Sclessin. Le vice-Premier ministre laisse rarement son siège officiel vide. Le duo Reynders-Leterme, pas très populaire durant l’infernale formation du gouvernement, prenait un malin plaisir à se chercher quelque sympathie populaire, en affichant les couleurs du Standard.

Parmi les politiques fidèles du club, on trouve d’abord le gouverneur de la province de Liège Michel Foret (MR), Laurette Onkelinx (PS), qui, gamine, habitait sur les hauteurs de Sclessin, ainsi que les CDH Melchior Wathelet Jr et même Joëlle Milquet. Willy Demeyer, bourgmestre PS de Liège, est un sympathisant du club, mais son sport à lui, c’est le basket.

Côté people, le caricaturiste Pierre Kroll, les sportifs Jean-Michel Saive, Filip De Wulf sont des Rouches. Mais pas Justine Henin, qui préfère les Mauves.

A. C.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content