Le patron d'Amazon, première fortune mondiale. © GUS RUELAS/REUTERS

Jeff Bezos, l’homme qui vaut 100 milliards

Cela fait une vingtaine d’années que l’on s’est habitué à voir Bill Gates truster le sommet des fortunes mondiales, et pour cause : arrivé dix-huit fois sur vingt-trois en tête du classement Forbes, le patron de Microsoft n’a vu sa suprématie contestée que par l’Espagnol Amancio Ortega (Inditex, leader de la confection textile), l’homme d’affaires libano-mexicain Carlos Slim Helú ou l’investisseur US Warren Buffett, au cours de la décennie écoulée. C’était sans compter sur Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, qui dépassa brièvement Gates cet été, avant de récemment récidiver, en franchissant la barre symbolique des 100 milliards de dollars lors d’un mois de novembre dopé par les ventes en ligne record du Black Friday. Au cours de ce nouveau rendez-vous immanquable de la consommation mondialisée, Amazon a réalisé la meilleure performance de son histoire, avec 1 400 articles écoulés à la minute pour la journée de vendredi, soit un total de plus de deux millions de transactions. Cette progression de 40 % par rapport à l’an dernier permet donc à Bezos d’être le deuxième titulaire d’un compte en banque à douze chiffres du monde. Mais au-delà de savoir qui, de lui ou de Bill Gates, devance l’autre, cette petite révolution dans le microcosme de l’ultrarichesse témoigne de l’excellente santé d’Amazon, et de l’e-commerce en général. En Belgique comme ailleurs, les chiffres de 2017 sont attendus en hausse, et leur progression ne s’arrêtera sans doute pas de sitôt.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content