Investir en actions

Si, au regard de leur performance historique, les actions méritent une place dans votre portefeuille, la prudence et la réflexion doivent guider vos choix.

Avant de vous lancer dans l’aventure de la Bourse, assurez-vous du risque que vous êtes prêt à assumer. Si le risque de perdre 10, 15, voire 100 % de votre investissement vous effraie ou si vous êtes anxieux de nature, les actions ne sont peut-être pas pour vous. Tournez-vous vers des placements à revenus fixes (comptes d’épargne, obligations…). Toutefois, gardez en tête que le temps joue pour vous en gommant la volatilité des actions. Si vous acceptez d’immobiliser vos capitaux pendant une longue période (au minimum 10 ans), les actions méritent une place dans votre portefeuille.

Assurez-vous également d’avoir en réserve les capitaux suffisants pour faire face aux grosses échéances des prochaines années : remboursement d’emprunts, études des enfants…

Enfin, n’oubliez pas qu’investir en Bourse demande aussi du temps (recherche d’informations, analyse des données publiées par les entreprises, suivi des actions achetées). Ce long travail empiétera probablement sur le temps que vous consacrez jusqu’à présent aux loisirs ou à votre famille.

Actions individuelles ou sicav ?

Investir en actions peut prendre diverses formes.

– Vous pouvez sélectionner vous-même les actions. Outre le budget important que cela demande, attendez-vous à une importante charge de travail, surtout si vous êtes novice : recherche et analyses des informations, suivi de votre portefeuille… Et selon toute vraisemblance, vous supporterez un niveau de risque élevé. Mais la contrepartie de cet effort est double : la rémunération de votre travail et la satisfaction intellectuelle de chercher le meilleur placement.

– Les sicav. Gérés par des profession- nels, ces paniers d’actions vous per- mettent d’investir de petites sommes (à partir de quelques dizaines d’euros). Le gestionnaire s’occupera lui-même de la diversification (pays et secteurs) au sein de la sicav, ce qui réduira considérablement le risque (mais écornera un peu le rendement en raison des frais). Avant de souscrire, renseignez-vous sur les rendements récents (même s’ils ne constituent pas une assurance) et le niveau de risque général.

– Vous pouvez rejoindre un club d’investissements, un bon compromis entre l’aventure solo et la sicav : l’investissement financier sera limité et la charge de travail partagée. De plus, vous pourrez faire l’apprentissage de la méthodologie qui vous manquait peut-être jusqu’à présent…

Quelques conseils de bon sens

– Diversifiez ! N’investissez pas tout votre capital dans une seule action. A partir d’une quinzaine d’actions, votre portefeuille commencera à être diversifié, ce qui réduira nettement votre niveau de risque et stabilisera vos rendements. Si ces 15 titres représentent un trop lourd investissement pour vous, alors les sicav sont peut-être un meilleur placement. Sauf si vous acceptez un risque important.

– Soyez réaliste. Ne vous attendez pas à découvrir au fil de vos recherches le prochain Microsoft. Ces parcours boursiers sont exceptionnels et plutôt difficiles à prévoir ! N’oubliez pas non plus qu’un gestionnaire professionnel bat rarement la Bourse et qu’il est encore plus rare qu’il le fasse pendant plusieurs années d’affilée.

– Gare aux modes. Si vous repérez des actions sur un secteur à la mode (dont les  » belles  » perspectives sont vantées dans la presse ou par votre banquier), il y a de fortes chances pour que d’autres s’en soient aperçus avant vous, ce qui implique que ces actions soient souvent chères et que le rendement puisse s’avérer décevant. De surcroît, si une forte croissance s’accompagne de la multiplication des entreprises sur un secteur, les bénéfices de chacune d’entre elles se réduira, ce qui pénalisera in fine le cours de Bourse.

– Ne jouez pas  » le timing « . Il est pratiquement impossible de prévoir les creux et les sommets des marchés. Si vous achetez des actions, faites le régulièrement sans vous préoccuper de l’état général du marché. Si vous optez pour des sicav, la plupart vous permettent de verser régulièrement une certaine somme et ainsi de constituer une épargne sans vous inquiéter des hauts et des bas de la Bourse. l

Pierre Samain, Budget Hebdo

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content