Influenceurs sans bon sens…

Bien des utilisateurs d’Instagram n’ont de cesse d’imiter leurs idoles, même lorsqu’elles racontent beaucoup d’inepties. L’impact des influenceurs est donc bien plus grand qu’on ne le pense !

Un million et demi de personnes sont disposées à boire tous les matins à jeun un demi-litre de jus de céleri parce qu’elles y voient un remède souverain contre le cancer, l’autisme, l’obésité, le diabète et une multitude d’autres maux. Leur point commun ? Elles  » suivent  » toutes sur Instagram Anthony William,  » médium médical  » autoproclamé : un homme sans aucune formation médicale ou nutritionnelle, mais qui se targue de posséder des dons paranormaux. Enfant, il aurait notamment prédit le cancer du poumon de sa grand-mère (mamie aurait-elle été par hasard une fumeuse invétérée ? ). Aujourd’hui, on doit surtout lui reconnaître un talent certain pour le marketing et son dernier livre,  » Life-changing foods « *, se vend actuellement comme des petits pains. L’homme n’en est du reste pas à son coup d’essai plumitif et prétend également avoir guéri des milliers de personnes erronément diagnostiquées ou traitées… avec l’aide des anges et autres esprits bénéfiques. Le plus inquiétant dans l’histoire, c’est que des théories complètement absurdes comme celle des vertus miraculeuses du jus de céleri sont adoptées et répercutées sans réfléchir par une multitude de personnes, dont quelques célébrités comme Robert DeNiro ou Gwyneth Paltrow. Pour ceux qui en douteraient, ni le céleri ni son jus ne sont des produits miracles et ils ne vous guériront ni du cancer, ni de l’autisme, ni de la dépression.

Le nombre de followers aussi influence la perception des autres : plus une personne est populaire, plus elle sera perçue comme attirante et fiable.

Influenceurs

Le succès du mouvement doit beaucoup (si pas tout) aux réseaux sociaux. Anthony William est particulièrement populaire sur Instagram, où il jouit d’une audience de plus de 1,5 million d’abonnés.

Les études consacrées à l’utilisation d’Instagram révèlent que les réactions y sont essentiellement impulsives et positives et que recevoir beaucoup de feedback favorable (sous la forme de mentions  » j’aime « ) booste l’assurance sociale des instagrammeurs. Le nombre de followers aussi influence la perception des autres : plus une personne est populaire, plus elle sera perçue comme attirante et fiable, soulignent les chercheurs qui ont analysé la plateforme. Lorsqu’un instagrammeur très suivi affirme quelque chose, il n’est en outre pas rare que l’irrationnel prenne le pas sur le bon sens… ce qui explique sans doute en partie le succès du  » mouvement céleri « .

Étoiles virtuelles

À partir de 10.000 abonnés, un utilisateur pourra être considéré en termes de marketing comme un influenceur ; sa crédibilité sera forcément sensiblement plus grande que s’il n’était suivi que par un millier de personnes. Anthony William, on l’a dit, a plus d’un million et demi d’abonnés.

Les instagrammeurs les plus suivis sont régulièrement sollicités (et rétribués) par des entreprises : ils sont nombreux, ces influenceurs très populaires, à être approchés par une marque pour publier des photos avec un produit donné. Ces influenceurs ont en effet un impact bien réel sur le comportement d’achat de leurs abonnés, qui peuvent déjà se laisser séduire simplement parce que leur  » célébrité  » préférée s’affiche avec telle robe ou telle boisson ! Cette forme nouvelle de publicité serait même plus efficace que la traditionnelle réclame…

Influenceurs alimentaires

Des recherches sur les influenceurs belges actifs sur Instagram dans le domaine de l’alimentation ont livré une liste de 34 noms suivis par 1500 à 150.000 abonnés. La majorité (27) sont des femmes et cinq seulement ont suivi une formation liée de près ou de loin à l’alimentation, le gros des troupes étant plutôt composé de photographes ou de spécialistes de la communication ou du marketing.

* Traduit en français sous le titre  » Les aliments qui vont changer votre vie « , avec pour sous-titre prometteur  » Comment éviter ou soigner les maladies grâce aux pouvoirs des superaliments  »

Influenceurs sans bon sens...
© Getty Images

Instagrammaire

D’après une série d’entretiens approfondis avec de jeunes utilisatrices d’Instagram, on apprend que parmi les personnalités les plus suivies, on retrouve essentiellement des artistes maquilleuses, fashionistas et foodies qui font surtout office de source d’inspiration. Les sondées réagissent essentiellement de façon positive aux publications de leurs idoles et perçoivent globalement Instagram comme un média plein de positivité et de bonne humeur.

Le feedback qu’elles-mêmes recevaient des autres était globalement tout aussi favorable, ce qui boostait leur confiance en elles. Elles avouaient par ailleurs avoir déjà acheté des produits recommandés par leurs célébrités préférées, simplement parce qu’elles faisaient confiance à cette personne.

La majorité des utilisateurs ont certes conscience que les influenceurs sont parfois à la solde des entreprises… mais cela ne semble guère affecter la confiance qu’ils portent à leurs idoles virtuelles ou aux produits eux-mêmes ! Ils partent en effet du principe qu’une célébrité ne défendrait pas un produit sans être convaincue de ses qualités – une naïveté dont les influenceurs jouent habilement pour renforcer la confiance en certaines marques, qui mettent volontiers la main à la bourse pour ce petit service.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content