Inde Les Nano conducteurs

Ils ne pensaient pas pouvoir s’offrir une auto avant de découvrir la  » voiture la moins chère du monde « . Vendue autour de 2 000 euros, la 2 CV à l’indienne est devenue le symbole des nouvelles classes moyennes. Rencontre avec d’heureux acheteurs.

de notre envoyée spéciale

Un peu avant la Seconde Guerre mondiale, Pierre-Jules Boulanger, alors PDG de Citroën, demande à ses ingénieurs d’inventer une  » toute petite voiture « , qui puisse  » conduire deux paysans et 50 kilos de pommes de terre à une moyenne de 60 kilomètres/heure pour une consommation de 3 litres au 100 « . Les premières 2 CV seront commercialisées en 1948. La France entre alors, à petite vitesse, dans l’ère de la consommation. Soixante ans plus tard, la  » voiture la moins chère du monde  » est indienne. Produite par Tata Motors, une société qui appartient à l’un des principaux conglomérats industriels du sous-continent, la Nano a été officiellement lancée le 23 mars 2009. Elle peut accueillir 5 passagers, consomme 5 litres aux 100 kilomètres, possède un moteur à deux cylindres et affiche une vitesse maximale de 105 kilomètres à l’heure. Le modèle de base coûte environ 2 000 euros. Bien sûr, pour ce prix-là, il faut renoncer à la climatisation et à la direction assistéeà Tata Motors peine, pour l’heure, à satisfaire les commandes : le constructeur a dû relocaliser une unité de production à la suite de manifestations de paysans qui refusaient d’abandonner leurs terres – un phénomène récurrent en Inde. Un peu moins de 50 000 Nano sont sorties des chaînes en 2009 et il a fallu tirer au sort les heureux bénéficiairesà Mais ce chiffre devrait être multiplié par quatre en 2010, grâce à l’ouverture d’une nouvelle usine. D’autres constructeurs fourbissent déjà leurs armes. La croissance économique de ces dernières années a produit une classe moyenne qui aspire à entrer de plain-pied dans la société de consommation. Au-delà d’une minorité de  » très riches « , il y aurait en Inde, selon une récente étude du Conseil national pour la recherche en économie appliquée (NCAER), une  » classe consommatrice  » de 150 millions de personnes qui ne devrait pas tarder à dépasser les 400 millions.  » Une grosse moitié des Nano commandées ici l’ont été par des clients qui auparavant n’avaient pas de voiture « , affirme Sachin Deval, un concessionnaire Tata Motors de Bombay. Le Vif/L’Express a rencontré quelques-uns de ces nouveaux automobilistes.

dominique Lagarde

le désir d’entrer de plain-pied dans la société de consommation

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content