Il est risqué de prendre des comprimés d’iode à plus de 40 ans

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

VRAI

Inquiets de voir se répéter la catastrophe de Tchernobyl de 1986, beaucoup de Belges se sont rendus à la pharmacie pour obtenir des comprimés d’iode (lire également LV Confidential du 3 mars). Emballées par dix, ces pilules peuvent être prises de manière préventive afin de prévenir le cancer de la thyroïde si de l’iode radioactif est libéré. Cependant, comme le risque de cancer de la thyroïde après la prise d’iode radioactif diminue avec l’âge, ces comprimés sont surtout destinés aux plus jeunes. De plus, les personnes de plus de 40 ans souffrent souvent d’un fonctionnement de la thyroïde perturbé , surtout dans les régions pauvres en iode, comme la Belgique. Dérèglement qui augmente ainsi le risque d’effets indésirables à la suite de la prise de ces comprimés.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content