Une peinture biodégrable. Beyond Walls Steep 10 - Benin, Ganvié (2021). © Courtesy Mazel Galerie

Humanity

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Est-il légitime de dire que Saype (Belfort, 1989) est un pionnier du land art? Bien sûr, les puristes répondront que non, faisant valoir que ce mouvement, dans son acception la plus stricte, est né aux Etats-Unis à la fin des années 1960. L’envie nous prend pourtant de clamer « oui » dans la mesure où, à lui seul, le Franco-Suisse a ouvert un nouveau champ à l’intérieur de cette mouvance: la peinture biodégradable sur herbe. Lui qui signe des oeuvres éphémères en pleine nature a passé une année à créer une matière première qui résiste à la pluie… mais qui disparaît au fur et à mesure que le gazon pousse. En 2019, Saype a réalisé une fresque de 30 000 mètres carrés sur l’ancien site minier de la Découverte, à Decazeville. Envie d’en voir davantage? La Mazel Galerie lui consacre un accrochage donnant à voir près d’une vingtaine d’images aériennes percutantes ainsi que de compositions uniques combinant photographies et documents.

A la Mazel Galerie, à Bruxelles, jusqu’au 17 juillet.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content