Grange avec vue

En optant pour un manteau de verre offrant de larges vues sur les polders environnants, les architectes sont parvenus à redonner vie à cette grange du XIXe siècle et à préserver son cachet, tout en procurant le confort nécessaire à une maison de vacances.

« Pour se convaincre qu’une grange datant de 1897 pouvait devenir une résidence de vacances permettant d’accueillir confortablement six personnes, il fallait avoir un petit grain de folie « , sourit l’architecte Xavier Donck, très heureux du résultat. La grange avait tout d’un beau loft : un grand espace ouvert dont il fallait impérativement préserver le charme  » brut « . Dès le départ, l’objectif fut de conserver les éléments architecturaux qui faisaient le charme de cette bâtisse : les pignons, les poutres et chevrons, la porte latérale, la porte d’entrée ainsi qu’une partie des tuiles de Boom en toiture.

Avant toute chose, il fallait stabiliser la construction. Les sols d’origine ont été retirés pour couler de nouvelles fondations en béton. La deuxième étape, tout aussi indispensable, consistait en la construction d’une ossature en bois tout autour de la grange, car ses murs en briques d’origine n’auraient pas supporté le poids des nouveaux vitrages. Le bâtiment a donc été totalement habillé d’une nouvelle structure.

Les règles urbanistiques en vigueur interdisant de toucher au volume de la grange, les architectes ont dû faire appel à toute leur créativité pour isoler la toiture. Ils ont ainsi fait poser de nouveaux chevrons, recréant une surface plane pour la pose de panneaux d’isolation par-dessus les anciens, toujours visibles, tout comme les tuiles de Boom qui avaient été soigneusement conservées. Une couche d’isolation a de même été posée sous le sol en béton lissé, dans lequel se trouve le système de chauffage alimenté par une pompe à chaleur air-eau. Massifs et épais, les murs d’origine ne réclamaient pas d’isolation supplémentaire. C’est la raison pour laquelle on peut encore apercevoir, de l’intérieur, les briques du pignon. Doublée d’une poutre récupérée dans une autre grange, la poutre maîtresse d’origine court sur toute la largeur. Des câbles de traction renforcent la solidité et la stabilité de l’ensemble.

La grange se divise en quatre parties égales, mesurant chacune quatre mètres. La première partie était destinée au bétail et possédait un étage où l’on entreposait le foin. Les prescriptions urbanistiques imposant un minimum de six couchages, il a fallu créer un espace supplémentaire en hauteur. Un second niveau ainsi qu’une mezzanine ont donc été aménagés. Cette nouvelle configuration offre ainsi, sous les toits, l’espace suffisant pour trois lits doubles et deux petites salles d’eau comprenant une douche, un lavabo et des toilettes. Des placards intégrés assurent suffisamment d’espace de rangement.

La propriétaire a insisté pour que les niveaux supérieurs ne soient pas isolés du reste du logement. Les architectes ont donc imaginé une alternative à la paroi qui aurait séparé les deux parties, sous la forme d’un cadre métallique suspendu aux deux parois extérieures. Ce cadre sur mesure a été en grande partie fabriqué sur place. Finalement, la seule séparation visible entre le rez-de-chaussée et l’étage consiste en un garde-corps en plexiglas.

Réalisation : Donck Architecten www.donck.archi

Découvrez l’intégralité du texte et des plans de ce reportage dans le magazine Je vais construire/Tu bâtis je rénove, en vente chez votre libraire.

www.jevaisconstruire.be

Katrien Depoorter

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content