Grand maître

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Repoussants. Il n’y a pas d’autre mot pour qualifier les récits des victimes du chorégraphe Jan Fabre. Onze d’entre elles, actrices et danseuses, ont fait des déclarations dans l’enquête sur d’éventuels comportements sexuels abusifs de la part de l’artiste (NDLR: son procès s’est ouvert à Anvers). Toutes ont témoigné d’une forme déplacée d’abus de pouvoir aux conséquences parfois physiques. […]

Ce qui rend ce procès si préoccupant: les détails sont peut-être nouveaux mais l’étrange manière de travailler de Fabre, mélange de désir personnel et de recherche artistique, était largement connue. Certains soutiens de Fabre ont bâti une carrière académique sur l’admiration et l’explication de ses particularités. C’est avec leur bénédiction que les portes des temples artistiques internationaux se sont ouvertes devant le « grand maître ». Des subsides ont été grassement octroyés, souvent par ces mêmes portiers. Des collègues savaient qu’il se passait quelque chose de pas très catholique, ils ont décidé de détourner le regard.

La nomination à l’ Antwerp de Marc Overmars remercié (NDLR: par l’Ajax Amsterdam) pour comportements inappropriés a fait du bruit. Nombreux sont ceux à y voir, à raison, un énième exemple d’un manque de sens des normes et de la décence dans le monde du foot.

Si les déclarations des victimes deviennent vérités devant le juge, l’inconduite d’Overmars fera pâle figure aux côtés des abus physiques et psychiques de Fabre. Les hautes sphères du monde artistique et culturel pourront aussi se mettre face au miroir.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content