Fier des Espagnols

Dimanche 8 octobre, 15 heures : fin de la  » Marche pour l’unité de l’Espagne  » qui a réuni, à Barcelone, plusieurs centaines de milliers de personnes venues de Catalogne et d’ailleurs pour clamer :  » Assez ! Retrouvons notre bon sens !  » La majorité silencieuse, opposée au projet des indépendantistes catalans, s’est fait entendre dans le calme, mais avec force et fermeté, et a trouvé en Josep Borrell, ancien président du Parlement européen, un porte-parole fougueux qui a notamment souligné que le nationalisme est incompatible avec l’idéal européen de solidarité, mais aussi que si les chefs d’entreprise catalans n’avaient pas tant tardé à crier aux fous, cette marche n’aurait sans doute pas été nécessaire. C’est en effet pour crier aux fous que tant d’Espagnols ont eu le courage de descendre dans la rue. Chez nous, par contre, aucune raison d’être fier de la majorité silencieuse ! Nos nationalistes poursuivent obstinément leur oeuvre d’occupation et d’asservissement des organes de l’Etat tout en réaffirmant leurs visées indépendantistes, et ce sans que personne ne trouve le courage de les dénoncer et de mettre à nu les seuls moteurs de leurs actions : l’égoïsme, la cupidité et la vanité.

Il n’est pas donné suite aux lettres ouvertes ou portant des adresses incomplètes. La rédaction raccourcit certaines lettres pour permettre un maximum d’opinions.

NOËL IGOT, WOLUWE-SAINT-LAMBERT

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content