Et si Boumediene avait raison

Quand Nasser nationalisa le canal de Suez, il donna aux Arabes l’immense espoir de retrouver leur dignité. Mais il échoua à créer une grande nation arabe en raison de son nationalisme ombrageux. Cet échec d’un dirigeant arabe non religieux et l’arrivée au pouvoir de l’ayatollah Khomeiny en Iran en 1979 ont suscité le retour sur le devant de la scène des radicaux islamiques qui ont exigé le retour de l’islam des origines qui régit à la fois vie privée et vie publique, qui confère à la femme un statut inférieur à celui de l’homme.

Lorsque les immigrés musulmans ont commencé à affluer chez nous, nos pouvoirs publics ne se sont pas préoccupés de leur intégration dans notre société de tradition chrétienne. Cette communauté s’est donc repliée sur elle-même et sur sa religion, ses traditions. Du pain bénit pour les radicaux islamiques qui les ont pris en main, alors qu’ils sont devenus fort nombreux. A tel point que, si nous n’y prenons pas garde, c’est nous qui allons perdre notre dignité.

Tout récemment, un directeur d’école déclarait que la plupart des écoles interdisaient le port du voile et que si cela avait causé des remous il y a déjà quelques années, cela s’était calmé depuis longtemps. Si, donc, nos hommes politiques imposaient des balises claires et raisonnables concernant la sphère publique dans notre société démocratique de tradition chrétienne, il deviendrait inutile pour les radicaux islamiques de s’agiter pour nous imposer leur vision des choses, les conflits s’éteindraient d’eux-mêmes. Une telle politique de fermeté non seulement calmerait le jeu, mais aurait en outre l’avantage d’éviter que le rejet de notre société à l’égard de la communauté musulmane ne s’amplifie encore. On pourrait en arriver, en effet, à ce que cette communauté se sente opprimée par notre société démocratique, ce qui renforcerait encore l’emprise des islamistes.

La Belgique n’est pas seule dans ce cas en Europe. Partout, en effet, les politiciens ont les yeux rivés sur les élections suivantes et l’avenir à long terme ne les intéresse pas. Boumediene, l’ex-président algérien, déclarait en 1974 à l’assemblée de son pays que l’islam allait conquérir l’Europe non pas par les armes, mais par le ventre de ses femmes. Ne lui donnons pas raison.

Il n’est pas donné suite aux lettres ouvertes ou portant des adresses incomplètes. La rédaction raccourcit certaines lettres pour permettre un maximum d’opinions.

Franz Bardiaux, par courriel

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content