Espoir pour l’Oostrand

Olivier Rogeau
Olivier Rogeau Journaliste au Vif

Le plan Anciaux et des modifications dans les normes de vent ont abouti, ces dernières semaines, à une concentration des nuisances aériennes sur l’est de Bruxelles. Un accord vise à soulager la région sinistrée

Insomnies, stress, dépressions… Depuis la fin mars, les riverains de l’est de Bruxelles (Oostrand) subissent un matraquage acoustique dévastateur. Dans d’autres communes de la région, on constate également une augmentation des nuisances engendrées par l’aéroport de Zaventem, situé aux portes de la ville. Mais, sur certains quartiers de l’Oostrand, la concentration des vols est sans précédent.

En cause, tout d’abord, l’utilisation intensive, à l’atterrissage, de la piste 02, ce qui induit le survol, à basse altitude, de zones densément peuplées (Watermael, Stockel, Wezembeek-Oppem, Kraainem, Sterrebeek…). Ce couloir aérien n’était emprunté, jusqu’en début d’année, qu’en cas de fort vent de nord ou d’est, soit de 20 à 50 jours par an. Mais le ministre de la Mobilité, Bert Anciaux (SP.A-Spirit), a modifié les normes de vent à respecter avec, pour conséquence, une mise en service quasi quotidienne de la 02, de jour comme de nuit, en semaine comme le week-end. D’incessants changements de procédure créent par ailleurs une inquiétude dans la région et parmi les pilotes, qui dénoncent des mesures dangereuses pour la sécurité aérienne.

L’Oostrand est, en outre, survolé aussi au décollage. Les avions partis de la piste 20 (plusieurs nuits par semaine et le dimanche ) grondent sur Wezembeek-Oppem et les communes voisines et, en semaine, 50 % des décollages de jour effectués par la piste 25 droite (celle qui est orientée vers Bruxelles) virent vers la gauche en direction des deux Woluwe et de la périphérie.

Jusqu’ici, Anciaux, ardent défenseur des intérêts du Noordrand, son fief électoral, a pu agir sans concertation. Mais, face à l’avalanche d’e-mails et de lettres de protestation de la périphérie Est, le ministre a accepté de discuter les propositions formulées par le service de médiation de l’aéroport. Des réunions intercabinets peaufinent cet accord en 9 points, qui devait faire l’objet d’ultimes arbitrages ce 7 mai, en Conseil des ministres restreint. Pour soulager l’Oostrand, les normes de vent seraient corrigées et certains couloirs aériens au départ de la piste 20 déplacés (voir carte).

Olivier Rogeau

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content