En route pour la géolocalisation

A l’aide de simples GSM, une PME de Wavre propose de localiser automatiquement le personnel d’une entreprise. Pour optimiser l’utilisation de la flotte de véhicules, cela va sans dire

Informations : www.geomobile.be

Ce n’est un secret pour personne : pour communiquer avec un réseau de téléphonie mobile, un GSM a besoin d’antennes relais. Plus le cellulaire sera proche d’une antenne, plus la communication sera bonne. Voilà l’une des raisons pour lesquelles de nombreux pylônes ont fleuri dans le paysage ces dernières années. Ce que l’on sait moins, c’est que grâce à ces antennes à portée limitée, les opérateurs peuvent très facilement localiser (c’est même automatique) l’endroit d’émission d’un appel. Et plus le maillage des antennes est serré (comme dans les villes), plus la précision de la localisation est importante.

Depuis début avril, la société Netika, basée à Wavre, profite de cette particularité des réseaux GSM pour proposer des applications LBS (Location Based Services). La première de ces offres, baptisée GeoMobile, est essentiellement destinée à des sociétés qui ont besoin de gérer le déplacement de leur personnel et de leur flotte de véhicules (entreprises de maintenance, sociétés de courses, de transport ou de sécurité…). Pratiquement, un technicien qui part en mission de dépannage, par exemple, reçoit un SMS sur son GSM lui demandant s’il accepte d’être localisé. Dans l’affirmative, l’écran de son cellulaire affiche en permanence un message lui rappelant qu’il est localisé. Dans la négative, il peut commencer à chercher un autre emploi… De son côté, lorsqu’il souhaite savoir où se trouve son technicien, l’employeur se branche sur Internet. Là, sur une carte rafraîchie à la demande, les informations transmises par les serveurs de localisation (serveur LES, pour Location Enabling Server) des opérateurs mobiles (uniquement Mobistar et Proximus pour la Belgique) permettent d’afficher avec plus ou moins de précision l’endroit où se trouve le GSM du technicien. Si la localisation par GSM est nettement moins précise (de 100 mètres à quelques kilomètres) que celle par GPS (la localisation par satellite donne une précision de moins de 20 mètres), elle a le mérite de ne pas requérir de lourd investissement matériel : un GSM et une connexion Internet standard font l’affaire.

 » Outre la localisation de plusieurs employés afin de trouver les collaborateurs les plus proches d’une zone définie, explique Jérôme Verva, porte-parole de Netika, notre service permet de calculer les distances, de consulter l’historique des localisations ou de planifier l’état des dépenses des véhicules… Le tout, si l’on compare à une offre GPS, à un prix relativement modique. Notre première offre, facturée 35 euros par mois, auxquels il faut ajouter un forfait mensuel de 10 euros par numéro de GSM, donne déjà droit à 100 requêtes de localisation.  »

En fonction du succès du service GeoMobile orienté entreprise, des applications grand public pourraient voir le jour : service d’informations (trouver le commerce le plus proche), services publicitaires permettant l’affichage des promotions sur l’écran d’un GSM lorsque l’on passe à proximité d’un magasin ou encore des applications communautaires du type  » où sont mes amis « … Pour autant, bien entendu, que les amis en question acceptent de se faire pister.

Vincent Genot

Vincent Genot

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content