Dieu parla, Degotte répondit

Charlie Degotte prend Dieu par le revers de la veste et lui renvoie les conneries humaines: un succulent Et Dieu! (dans tout ça), créé au théâtre de Namur

Il est heureux Charlie, il s’en frotte encore les yeux: trois mois de répétition dans un lieu équipé et chauffé, à l’aube de la création à Namur de son nouveau spectacle. Et de 300 à 400 représentations prévues de Lausanne à Paris, de Marseille à Nantes! Un miracle? Ou, tout simplement, la juste reconnaissance d’un créateur, digne héritier des surréalistes,qui, en vingt ans de métier et de génie dans la galère, a accumulé des trésors d’invention et de subversion, mêlant, parmi d’autres, Shakespeare, Marcel Mariën, Monteverdi, et ses fameuses Revues dans un même feu d’artifice!

Charlie Degotte tourne la page, et cesse de prendre des auteurs comme prétextes. »Quand on s’appelle De-got-te, la question divine finit par s’imposer! De lectures en longues discussions, notamment avec Alexandre von Sivers, la base de la réflexion est devenue celle-ci: Dieu croit-il en l’homme? La connerie humaine – au nom de Dieu – me fait autant flipper qu’elle m’amuse, c’est donc une juteuse matière théâtrale! Mais notre spectacle ne se moque de rien, pas plus du Coran que de la Bible « . Foi de l’intégrisme athée et surréaliste d’un Charlie Degotte! Le « notre spectacle » n’est pas un terme superficiel. La paternité s’avère collective et s’arrime à la logique propre au travail de Charlie et de sa bande de comédiens (fidèles depuis des lustres): Christian Hecq ou le moteur corporel, la truculence physique, Patricks Beckers, le lunaire qui incarne la spiritualité, le muscle du verbe, Jan Hammeneckers, le mentor toutes directions du spectacle, Eric Drabs, le musicien qui a déniché pour Et Dieu!un authentique orgue Hammond. Ils sont rejoints par la jeune Anne-Cécile Vandalem, à l’étonnement coquin et virginal.

« Je m’amène chaque matin avec dix idées, explique Charlie Degotte. Je les balance aux comédiens et leur jeu les expérimente, les crucifie… Inutile d’écrire au préalable avec eux. Chacun crée sa propre clé comique. Les pistes retenues se faufilent, se rythment en partition musicale. On monte d’une octave de jeu chaque jour. » Et Charlie ne cesse de dessiner les petites cases qui servent de canevas (de copion, selon les comédiens) jusqu’au story boardfinal. A quelques semaines de la première, le texte lâche le surfilage pour la haute couture, à l’exception de quelques tronçons que la verve de certains rend impossible à calibrer! Sans déflorer la scène, aussi belle qu’un acte de foi, sachez que la troupe retourne comme une crêpe miracles et mystères, de la création (divine.. et artistique!) à la crucifixion, les prend au pied de la lettre, de l’image, et les fait ainsi surfer sur le rire le plus surréaliste, qui n’a pas son pareil pour pointer le doigt sur la chose humaine, beaucoup moins rose…

Michèle Friche

Au théâtre royal de Namur, avec exposition des dessins de Charlie Degotte, du 21 janvier au 8 février. Tél.: 081-22 60 26.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content