© National

Demir donne un mauvais signal

Le Vif

Une ministre qui va au tribunal pour contester une décision d’un service public partiellement sous sa tutelle quoique largement indépendant, c’est plutôt inédit. Zuhal Demir (NV&A) franchit le pas parce qu’elle est en désaccord avec la décision de la VREG, le régulateur flamand de l’Energie, de calculer à l’avenir les tarifs d’électricité avant tout sur la base du pic de consommation et non plus seulement de la quantité d’électricité consommée par une famille ou une entreprise.

La VREG veut ainsi inciter à étaler la consommation énergétique pour soulager le parc de production et le réseau électrique. Un emploi plus efficient du système électrique est une nécessité absolue. En tant que ministre de l’Energie tournée vers l’avenir, Demir devrait lui apporter son entier soutien. Elle devrait mener une campagne pour expliquer aux consommateurs d’électricité les avantages importants à long terme de ce nouveau mode de calcul.

Mais elle appuie sur le frein, se profile comme la grande gardienne du statu quo qui s’oppose pour le mieux au changement. En se profilant comme la défenseure de prix d’électricité plus bas à coups de faux arguments, et ce dans le but d’améliorer sa popularité auprès des électeurs, elle renonce à sa mission de ministre de l’Energie. […]

L’incertitude rend le consommateur méfiant et tout changement suscite de la résistance. Mais il est incompréhensible que Demir entre aussi en résistance au lieu d’apparaître comme quelqu’un qui se bat pour une politique énergétique plus raisonnable. C’est lâche. […]

Partner Content